Régulation

La Finma abandonne son enquête sur Pierin Vincenz

L’ex-patron de Raiffeisen s’étant retiré de tous les mandats qu’il lui restait, l’investigation est devenue caduque, estime le régulateur. Il n’aura plus d’activité dans un domaine réglementé par la Finma. On ne saura donc jamais s’il y a eu ou non conflit d’intérêts

Pierin Vincenz s’est-il rendu coupable de conflits d’intérêts? On ne le saura probablement jamais. Ironiquement, c’est le risque que l’enquête de la Finma s’éternise qui a poussé l’ex-patron de Raiffeisen à annoncer, lundi, son retrait de la présidence du conseil d’administration d’Helvetia. Or c’est justement cette décision qui a conduit le régulateur des banques à ranger son investigation dans un tiroir.

Pierin Vincenz, 62 ans, ayant démissionné de toutes les fonctions qu’il occupait encore dans le secteur financier, la «procédure est devenue sans objet», a expliqué l’autorité de surveillance des banques dans un communiqué diffusé jeudi. Elle met donc fin à une investigation qui avait pour but de vérifier la «garantie d’une activité irréprochable que toute personne occupant une position de direction d’importance décisive au sein d’établissements assujettis doit offrir à tout moment». De fait, la Finma peut retirer la garantie irréprochable à un organe. Elle peut aussi imposer à une personne une interdiction d’activité pendant une durée maximale de cinq ans.

Lire aussi: Pierin Vincenz quitte la présidence d’Helvetia

Lancée en octobre dernier, la procédure, dite d’enforcement, «concernait surtout la gestion des conflits d’intérêts en lien avec d’importantes participations», rappelle la Finma. Elle n’en dira pas davantage et, là aussi, une part de mystère risque de subsister. Plusieurs pistes ont été évoquées dans les médias alémaniques et tournent autour d’une pratique interdite (si elle avait été avérée), celle du front running, qui consiste à prendre des participations à titre individuel dans une société que sa propre entreprise s’apprête à racheter, afin d’encaisser une plus-value.

Pas de come-back

De son côté, Pierin Vincenz explique par le biais de son communicant prendre note de la décision. «Comme il ne travaille plus dans le domaine régulé par la Finma, la procédure est devenue sans objet. S’il s’agissait d’un reproche vraiment sérieux, cela n’aurait pas été le cas», estime son porte-parole. «Bien sûr, le fait de n’avoir pas pu avoir accès à son dossier, ni connaître précisément les allégations le concernant, deux mois après l’ouverture de l’enquête, l’ennuie», ajoute-t-il. Quoi qu’il en soit, le Grisons ne fera pas de come-back: il dit s’être engagé à ne plus exercer de fonctions dirigeantes dans des entreprises actives sur les marchés financiers. Et s’il lui prenait l’envie de le faire, le dossier pourrait ressortir de son tiroir. Le gendarme et l’ex-banquier le précisent.

Lire aussi: Pierin Vincenz, la chute du bâtisseur de Raiffeisen

La procédure avait été lancée suite à des investigations sur la banque Raiffeisen elle-même, de la part de la Finma et d’un de ses mandataires, sur des questions de gouvernance. C’est au cours de ce travail que s’est posée la question de la garantie de l’activité irréprochable de son ex-directeur général (entre 1999 et 2015), puisqu’il était toujours actif dans la finance. La banque reste sous enquête, précise le régulateur.

Publicité