surveillance

Comment la Finma fonctionne

La Finma surveille l’ensemble du système

Comment ça fonctionne

Résultat de la fusion de trois en­tités, dont la plus connue était la ­Commission fédérale des banques, l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) est née en 2009. Après un processus de restructuration interne, elle a dû s’adapter à la tendance de forte augmentation des normes internationales de surveillance des établissements financiers mais aussi, fait nouveau, à l’obligation d’avoir une vue d’ensemble du système.

Présidente jusqu’en 2015

L’évaluation du risque systémique, expression née de la crise financière, a donc occupé ces dernières années une grande partie de 513 personnes (481 postes équivalents plein-temps) employées par la Finma. L’ensemble du secteur financier, y compris le domaine boursier et les assurances, est soumis à la surveillance de la Finma, soit un pan de l’économie regroupant plus de 260 000 personnes en Suisse, dont la valeur ajoutée représente près de 11% du produit intérieur brut.

L’organisation est chapeautée par un conseil d’administration de huit membres composé de professeurs et d’anciens responsables d’entreprises privées du secteur financier. La Genevoise Anne Héritier Lachat le préside depuis 2011. «Je resterai à ce poste jusqu’au terme de mon mandat, à fin 2015», a-t-elle précisé mercredi, en réponse à des rumeurs d’intention de départ dans la foulée de celle du directeur Patrick Raaflaub en janvier. Son successeur, Mark Branson, prendra la tête d’une direction désormais élargie à huit personnes avec la création, hier, d’une division «asset management» .

Publicité