Ma planète finance

Fintech: un mot et beaucoup de promesses

La place financière suisse est partagée entre les prudents, attachés aux relations en tête-à-tête, et ceux qui veulent absolument être à la pointe de l’innovation

Ma planète finance

Un mot et beaucoup de promesses

Fintech par-ci, fintech par-là. Depuis quelques mois, la place financière suisse n’a plus qu’un seul mot à la bouche. Un terme anglais – contraction de «Finance» et «Technologies» – censé illustrer ce qui doit permettre aux banques du cru de se remettre en selle après les salves portées au sacro-saint, mais non moins enterré, secret bancaire. Et de tourner ainsi une bonne fois pour toutes cette page appartenant à l’histoire de la finance 1.0.

Alors il y a les prudents, bien sûr, ceux qui martèlent à l’envi qu’une application sur une tablette, aussi bien pensée soit-elle, ne remplacera jamais un tête-à-tête avec son banquier, lequel aura toujours un mot doux pour votre famille avant de vous proposer des produits sur mesure.

Et puis il y a ceux qui veulent absolument être à la pointe de l’innovation. Comme la Banque Cantonale de Glaris qui a récemment lancé deux plateformes en ligne, une pour les hypothèques et une autre pour la gestion de portefeuille. Ou comme UBS qui a mis sur pied sa propre compétition (avec 300 000 dollars de prix à la clé) pour dénicher les génies de la finance 2.0 et les idées novatrices qui doivent lui permettre de mieux servir ses clients à l’avenir.

Reste que jusque-là, chaque établissement œuvrait plus ou moins dans son coin. Or, cela pourrait ne pas suffire pour damer le pion aux places rivales en la matière, Londres et New York en tête. Pour ce faire, ou tout du moins pour ne pas se laisser trop distancer, des initiatives communes semblent également nécessaires.

Celles-ci commencent justement à voir le jour. L’opérateur de la bourse suisse va ouvrir son propre incubateur fintech cette semaine à Zurich. Quant à Genève, elle inaugurera le sien («Fusion») cet automne. Autant d’initiatives qui devraient profiter à la place financière tout entière en lui permettant de puiser dans ces réservoirs d’innovation et de talents. Et mettre ainsi du concret sur des mots.

Publicité