Comment traverse-t-on une crise comme celle provoquée par le coronavirus lorsqu’on gère l’argent de caisses de pension et d’autres investisseurs institutionnels? Surtout lorsque certains principes de base de la gestion ont volé en éclats ces derniers mois? Patronne d’Unigestion depuis 2011 (19,7 milliards de dollars d’actifs sous gestion), Fiona Frick explique pourquoi la capacité de résilience d’une entreprise est devenue plus importante que son niveau d’efficience. La spécialiste, qui a participé à une discussion à distance avec des lecteurs du Temps le 7 mai dernier, décrit aussi pourquoi les centaines ou les milliers de milliards injectés dans l’économie mondiale pourraient ne pas se transformer en une dette insoutenable.

«Le Temps»: En tant que patronne d’Unigestion, vous conseillez ou gérez des capitaux pour des clients comme des fonds de pension. Comment avez-vous traversé cette période de crise provoquée par le coronavirus?