Firmenich a annoncé jeudi l'acquisition pour 730 millions de francs de la division Arômes du danois Danisco. L'entreprise genevoise n'a pas précisé les modalités du financement.

«Cette opération nous renforce dans les arômes naturels, en particulier sur le segment vanille», commente Karen Saddler, porte-parole du groupe contrôlé par la famille Firmenich. Dans les goûts citron et produits laitiers, les activités apportées par Danisco apparaissent moins complémentaires. Les doublons ne sont pas exclus. «Il est trop tôt pour dire s'il y aura un impact sur l'emploi, notamment à Genève», précise Karen Saddler. Firmenich, qui emploie 4800 personnes dans le monde, va récupérer 800 salariés de Danisco. La conclusion de la transaction dépend encore de l'avis des autorités de la concurrence de plusieurs pays

335 millions de ventes

Avec seulement 2% à 3% du marché mondial des arômes, Danisco a estimé ne pas avoir la taille critique pour rester concurrentiel. L'argent obtenu par la cession sera utilisé pour des rachats d'actions, précise Danisco dans un communiqué. L'entreprise se concentrera sur ses trois activités restantes, les ingrédients alimentaires naturels, les texturants et les édulcorants.

Pour Firmenich, la division rachetée représente un apport de 335 millions de francs. La société genevoise, qui a publié un chiffre d'affaires de 2,3 milliards de francs pour l'exercice 2005/06, restera le numéro deux mondial du secteur arômes et parfums derrière le genevois Givaudan. Ce dernier devrait dépasser le cap des 4 milliards de francs de ventes après l'acquisition de l'Américain Quest l'année passée.

Firmenich et Danisco ont par ailleurs signé un «partenariat exclusif» pour offrir des produits Danisco-Firmenich. La firme genevoise a également décidé la création d'un centre d'innovation pour les ingrédients naturels et les arômes près de Grasse, en France.