Le groupe genevois Firmenich, centré sur les parfums et les arômes, a encore gagné des parts de marché. Leader dans le segment des parfums de luxe, Firmenich a enregistré une croissance interne de son chiffre d'affaires de 6,6% (en monnaies locales) à près de 2 milliards de francs (1976 millions) au cours de l'exercice 2003/04, clos à fin juin.

En francs suisses, la progression des ventes s'est réduite à 4,1% compte tenu de la dépréciation du dollar, malgré un effet positif de l'euro. A titre de comparaison – sommaire puisque les exercices comptables sont décalés –, son concurrent Givaudan a affiché au cours de l'année 2003 une progression des ventes de 4% (après correction des variations de change et des acquisitions) à 2,7 milliards de francs, et de 3,7% au premier semestre 2004.

Société entièrement contrôlée par la famille éponyme, Firmenich ne communique pas son niveau de rentabilité. Mais celle-ci est considérée comme l'une des plus éminentes par les analystes. Dans le rapport annuel succinct diffusé vendredi, Patrick Firmenich, président du directoire, et Jean-Marc Bruel, président du conseil d'administration, admettent que «la concurrence et la pression sur les prix ont été fortes dans plusieurs segments de produits et zones géographiques». Une croissance «à deux chiffres» a toutefois pu être obtenue sur le marché encore très fragmenté des arômes, à la faveur d'une forte demande, notamment dans les trois segments Boissons, Douceurs et Produits salés.

Sur le plan géographique, Firmenich fait état d'une forte reprise en Amérique latine et d'une performance solide en Europe – les deux régions affichant des rythmes de croissance à deux chiffres. Le groupe annonce en outre une progression supérieure à celle du marché en Amérique du Nord mais un ralentissement dans la zone Asie-Pacifique.

En mai dernier, Firmenich a d'ailleurs inauguré en grande pompe un site de production et de développement de parfums et arômes à Shanghai. «Grâce à une gamme complète de nouveaux produits et technologies», le groupe genevois table sur de nouveaux gains de parts de marché dans le secteur des arômes au cours de l'exercice en cours. S'agissant de sa division Parfumerie, Firmenich se contente de préciser que celle-ci a affiché des chiffres de ventes records au quatrième trimestre. Dans le secteur des «parfums fins», la société affirme avoir gagné des parts de marché, grâce à «d'excellents partenariats constitués avec des clients clés».

Troisième acteur mondial du secteur des parfums et des arômes – derrière Givaudan et l'Américain IFF –, Firmenich employait à fin juin 4570 personnes dans le monde, dont 1525 à Genève.