Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Dans une interview donnée au magazine «France Football», le joueur du Real Madrid Cristiano Ronaldo assure qu’il n’a «rien fait de mal».
© Gonzalo Arroyo Moreno

Evasion fiscale

Le fisc espagnol réclame les documents de l’enquête «Football Leaks»

L’Office national de lutte contre la fraude fiscale souhaite obtenir «toute information et documentation ayant un intérêt fiscal». Dans son viseur: des personnalités bien connues du football, comme Cristiano Ronaldo

Le fisc espagnol a demandé au journal «El Mundo», partenaire en Espagne de l’investigation «Football Leaks» menée par 12 médias européens sur les tentatives de fraude ou d’optimisation fiscale dans le foot, de lui transmettre les documents liés à l’enquête, ont confirmé mardi des sources du fisc.

Selon «El Mundo», l’Office national de lutte contre la fraude fiscale (Onif) a demandé à Unidad Editorial, la maison mère du journal, de lui transmettre «toute information et documentation ayant un intérêt fiscal», en rapport avec l’enquête «Football Leaks», ce qui a été confirmé par une source du fisc.

Cristiano Ronaldo n’a «rien fait de mal»

L’enquête portant essentiellement sur les pratiques fiscales dans le monde du football concerne notamment des stars en Espagne dont l’attaquant portugais du Real Madrid Cristiano Ronaldo, qui a reçu lundi soir son quatrième Ballon d’or. Dans une interview donnée au magazine «France Football», il assure qu’il n’a «rien fait de mal».

Lire aussi: Comment les millions de Cristiano Ronaldo sont passés par Genève

Le quotidien ajoute que l’Onif a transmis au journal une liste de 37 personnes physiques et morales au sujet desquelles il demande des informations, parmi lesquelles Cristiano Ronaldo, son agent Jorge Mendes et sa société Gestifute. Le fisc n’a cependant pas confirmé cette liste à l’AFP.

Le Français Karim Benzema (Real Madrid), le Brésilien Neymar (FC Barcelone) et l’Allemand Mesut Özil (ex-Real Madrid, actuellement à Arsenal) figurent également sur la liste des joueurs intéressant le fisc, selon «El Mundo».

Personnalités déjà sous le coup d’une enquête

La décision du journal de remettre ou non les documents au fisc «dépendra de l’autorisation de nos sources», affirme dans les colonnes d'«El Mundo» son directeur Pedro Garcia Cuartango. Dans une ordonnance du 2 décembre, un juge espagnol a demandé que les révélations cessent, estimant qu’il y avait violation du «droit fondamental à la confidentialité des communications», une décision qui n’a pas empêché la publication de nouvelles révélations.

Deux entraîneurs, le Portugais José Mourinho et le Danois Michael Laudrup, figurent également sur la liste, complétée par des agents de joueurs et des sociétés. La demande, datée du 12 décembre, n’entraîne pas l’ouverture systématique d’une enquête, a précisé une source proche du dossier.

Dans certains cas, les personnes sont déjà sous le coup d’une enquête et cela peut «compléter». D’ailleurs les médias eux-mêmes ont évoqué dans le cadre de l’enquête «Football Leaks» des investigations d’ordre fiscal, a souligné cette source.

Inspection fiscale

Selon «El Mundo», Cristiano Ronaldo a caché une partie de ses revenus au fisc espagnol pour payer moins d’impôts. Ainsi certains des droits qu’il a touchés au titre de l’utilisation de son image par Nike ou encore Samsung ont été versés à plusieurs sociétés présumées fictives domiciliées dans un paradis fiscal, les Iles Vierges, 150 millions d’euros au total.

Lire également: Le droit à l’image, au cœur des soupçons

Le journal explique que le joueur a ensuite changé de stratégie fiscale, craignant un redressement, alors que d’autres clients du cabinet Mendes intéressaient le fisc. Une inspection fiscale, dont le Portugais est informé, est en cours depuis décembre 2015, et le fisc envisage un redressement pour les années 2011, 2012 et 2013, a écrit «El Mundo».

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)