Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Fixer d'abord l'objectif d'épargne

Selon la définition du Petit Larousse, «la prévoyance» est la qualité de

Selon la définition du Petit Larousse, «la prévoyance» est la qualité de quelqu'un qui sait prévoir, se représenter dans l'avenir, ce qui est prévisible. En observant les nombreuses prises de position de nos milieux politiques et économiques en ce qui concerne nos assurances sociales et, avec elles, nos futures retraites, il est indispensable de prévoir.

Avec les coûts de la santé qui ne cessent d'augmenter, l'assurance invalidité qui présente une perte cumulée de 6 milliards de francs, les discussions quotidiennes sur le maintien du financement de l'AVS, le Conseil fédéral qui nous a présenté, fin janvier, un nouveau projet pour l'abaissement du taux de conversion, afin d'atteindre 6,4% d'ici à 2011, les discussions sur nos futures rentes restent et resteront d'actualité.

En Suisse, le vieillissement de la population va bouleverser l'équilibre de la société. En un siècle, le nombre des plus de 65 ans a plus que triplé et le nombre de centenaires ne cesse d'augmenter.

Et beaucoup s'y préparent, près de 50% des salariés en Suisse constituent, en plus de leur épargne forcée par les biais de l'AVS, et principalement par le 2e pilier, une prévoyance individuelle. En 2005, plus de 50 milliards ont été épargnés par le 3e pilier. Prévoir pour la retraite est donc entré dans les mœurs. La préparation de cette phase de la vie commence de plus en plus tôt. Aujourd'hui, c'est vers 35/40 ans qu'on entame des réflexions telles que: comment investir au mieux et comment faire fructifier cette épargne affectée à la retraite.

Quand on parle à ces investisseurs, on fait deux constats: ils désirent une rentabilité maximum, vu l'horizon de temps assez long, mais ils ne veulent pas prendre trop de risques, ayant déjà fait des projets pour la retraite avec cette épargne. La première protection est imposée par le législateur qui limite les investissements de l'épargne 3a par l'ordonnance OPP2; au maximum 50% peuvent être investis dans le marché des actions par exemple, tout en respectant d'autres critères. Toutefois l'investisseur ne peut pas prendre le même le risque en approchant de son but d'épargne - la retraite - et une adaptation régulière est nécessaire.

Alors, quelle stratégie de placement adopter? Afin de ne pas s'exposer aux importants risques de fluctuation des marchés boursiers et d'éviter de perdre le bénéfice de ces revenus accumulés pendant plusieurs années, il est judicieux d'épuiser la quote-part d'actions possible pour les capitaux épargne 3 et de libre passage durant la première phase de la constitution de fortune afin de bénéficier du potentiel de croissance à long terme. Lorsque l'échéance se rapproche, il est recommandé de réorganiser les titres en valeurs plus défensives, par exemple en obligations et en placements immobiliers, afin de réduire les risques. C'est de cette réflexion qu'est née, aux Etats-Unis, l'idée de l'investissement selon le cycle de vie (life cycle investing) par les fonds de placement. Les particularités du système de prévoyance de ce pays contraignent l'investisseur à s'occuper activement de sa prévoyance privée. Dans les pays anglo-saxons, on parle souvent de prévoyance adaptée à l'âge et à l'objectif de retraite. Le concept est qu'à l'approche d'un but d'épargne bien défini, la prise de risque de l'investisseur diminue.

Ainsi au début de la période de placement, le fonds est investi principalement dans les actions. A l'approche de l'échéance, la part actions est fortement réduite au profit des obligations et des investissements immobiliers, afin de réduire le risque et conserver le capital acquis. Les produits «cycles de vie» commencent maintenant à s'imposer également en Europe. Des enquêtes ont révélé que, pour la clientèle grand public qui détient des fonds d'allocation d'actifs traditionnels, on effectue rarement des changements de stratégie au cours des différents cycles de vie. En Suisse, le Life Cycle Fund LPP3 existe depuis octobre 2005. Dans le modèle de réorganisation des fonds Swisscanto (CH) Life Cycle, la part en actions est régulièrement réduite en faveur de formes de placement plus stables, comme les obligations et les placements alternatifs. Ces fonds existent pour plusieurs échéances avec un horizon de placement compris entre cinq et vingt-cinq ans.

Suivant ce modèle, nous conseillons donc d'assurer progressivement la fortune constituée au cours du temps et de réduire simultanément le risque. La fortune est d'autant mieux protégée que l'horizon de placement se réduit.

Le marché suisse des fonds connaît peu, pour l'instant, de produits investis selon le cycle de vie mais les produits Life Cycle deviennent un module idéal pour bâtir sa fortune et planifier d'une manière systématique la prévoyance privée.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)