Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
A Lubumbashi, RDC, chaîne d'extraction de cobalt destiné essentiellement à la Chine. Février 2018.
© Samir TOUNSI

minerai

La flambée du cobalt affole les firmes de technologie

Le prix du minerai utilisé pour les batteries atteint des sommets, notamment par anticipation de la croissance des voitures électriques. Apple veut sécuriser son approvisionnement, tandis que la RDC menace de taxer davantage les exploitants

Même Apple s’inquiète. L’agence Bloomberg a indiqué mercredi soir que la firme de l’iPhone cherche à sécuriser son approvisionnement en cobalt pour les cinq prochaines années. Pour garantir son stock de batteries lithium-ion, Apple négocierait directement avec des exploitants miniers afin d’acquérir des milliers de tonnes du précieux minerai. Echo supplémentaire d’une panique mondiale à propos de ce métal: les téléphones intelligents se retrouvent en concurrence avec les voitures électriques.

A propos d’Apple et les mines: A la source du cobalt

Ces jours, le prix du minerai, dont la chaîne de production reste fragile, connaît une flambée. Sur le marché du London Metal Exchange (LME), le prix de la tonne de cobalt a grimpé à 82 000 dollars mi-février, à son plus haut niveau depuis que le LME a commencé à suivre ce métal en 2010.

Pourtant, même si les besoins en cobalt ont été dopés ces dernières années par les téléphones et tablettes, la production reste supérieure à la demande, alors que les ventes de véhicules électriques ne représentent encore qu’une part mineure dans l’industrie automobile.

72% de la demande va à l’électronique grand public

«Les batteries électriques utilisées pour des produits électroniques grand public ont encore représenté 72% de la demande de cobalt pour des batteries», détaillent les analystes de Darton Commodities, spécialistes des échanges de cobalt, dans leur rapport annuel.

«Le marché devrait rester en surplus d’offre jusqu’à ce que les prévisions de croissance exponentielle des ventes de véhicules électriques se matérialisent, autour de 2020», préviennent-ils. «Les véhicules électriques sont entrés dans l’âge adulte en 2017, avec une croissance des ventes de 51%» dans le monde, remarquent néanmoins déjà les analystes de Macquarie, même s’ils notent aussi que l’arrêt de subventions d’Etat à la vente en Chine pourrait légèrement freiner cette croissance en 2018.

L’interdiction du diesel encourage l’électrique

De nombreux pays prévoient l’abandon progressif des voitures à essence et diesel, ce qui pousse les constructeurs à se préparer à une hausse de la demande en véhicules électriques.

A ce sujet: Le diesel bientôt banni des centres-villes allemands?

Pour ce faire, un approvisionnement soutenu de cobalt est requis, puisque ce métal permet de produire des batteries plus légères et plus résistantes. Le géant des matières premières Glencore, basé en Suisse, a ainsi affirmé en décembre discuter avec Volkswagen et Tesla pour leur fournir du cobalt, selon des propos du directeur général Ivan Glasenberg rapportés par Bloomberg. Glencore compte produire 63 000 tonnes de cobalt en 2020, contre 27 000 tonnes en 2017.


Pressions sur Joseph Kabila, qui temporise

Mercredi, lors d’une communication à propos des résultats 2017, le patron de Glencore, Ivan Glasenberg, a exprimé son souci à propos des négociations sur la réforme du code minier en République démocratique du Congo. Kinshasa pourrait imposer une redevance sur les métaux stratégiques avec un taux de 10%, qui ferait notamment bondir les taxes sur le cobalt, selon le projet de loi portant sur une réforme du code minier de 2002.

Le nouveau code prévoit aussi une taxe de 50% sur les superprofits (soit des revenus engrangés grâce à un niveau des prix de 25% supérieur aux études de faisabilité bancaire).

Selon la Constitution congolaise de 2006, le président dispose de quinze jours pour promulguer une loi, mais aucune nouvelle récente n’est venue du pouvoir congolais. «Pas que je sache», a encore répondu mardi à l’AFP un proche conseiller du chef de l’Etat à la question de savoir s’il avait promulgué la réforme du code minier.

«Un effort sans précédent de lobbying est attendu de la part du secteur minier pour essayer de faire changer d’avis au président Kabila afin qu’il ne promulgue pas le code révisé», écrit Darton Commodities dans son rapport annuel sur le marché du cobalt.

Lire aussi: Glencore récompense ses actionnaires et le fisc suisse en profite

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)