Faut-il virer le pompier quand il n’y a pas d’incendie? Cette question revient de façon récurrente à propos du Fonds monétaire international (FMI) depuis sa création il y a pile 75 ans. Peu avant l’éclatement de la crise des subprimes aux Etats-Unis en 2007-2008 et celle de la dette en Europe à partir de 2010-2011, des doutes étaient exprimés sur l’avenir même de l’institution financière tant les clients étaient rares. Les grands pays débiteurs (Russie, Brésil), à l’exception de la Turquie, avaient réglé leurs dettes, dans certains cas, avant même les échéances.

Lire aussi: Le FMI se cherchait un rôle. Ce sera peut-être celui de gendarme