Conjoncture

Le FMI ausculte le patient chinois

Alors que la guerre commerciale et les incertitudes plombent la croissance chinoise, le FMI recommande une plus grande libéralisation de l’économie. De nouvelles crises, liées à l’endettement ou à des surcapacités, ne sont pas exclues

Depuis quelques mois déjà, Christophe Weber, président de la Chambre de commerce Suisse-Chine pour la Suisse romande, est particulièrement attentif à la vie économique chinoise. «Mes interlocuteurs à Pékin ou à Shenzhen, pour la plupart des entrepreneurs de PME, sont inquiets, relate-t-il. Certains d’entre eux se trouvent face à des situations où ils doivent prendre des décisions difficiles. D’autres reprennent des études en MBA à l’étranger dans l’idée de s’armer pour y faire face.» Bref, le doute s’est installé sur les perspectives chinoises.

Lire aussi: Sanctions américaines: le commerce chinois accuse le coup