Depuis quelques mois déjà, Christophe Weber, président de la Chambre de commerce Suisse-Chine pour la Suisse romande, est particulièrement attentif à la vie économique chinoise. «Mes interlocuteurs à Pékin ou à Shenzhen, pour la plupart des entrepreneurs de PME, sont inquiets, relate-t-il. Certains d’entre eux se trouvent face à des situations où ils doivent prendre des décisions difficiles. D’autres reprennent des études en MBA à l’étranger dans l’idée de s’armer pour y faire face.» Bref, le doute s’est installé sur les perspectives chinoises.

Lire aussi: Sanctions américaines: le commerce chinois accuse le coup