La Suisse a été moins affectée par la crise que ses voisins, grâce à des mesures de soutien bien conçues, a indiqué mardi devant la presse Claire Waysand, cheffe de mission du FMI. Une reprise modérée est en vue, avec une hausse attendue de 1,5% du produit intérieur brut (PIB) en 2010-2011, a-t-elle ajouté à Berne.

Le FMI recommande de stabiliser encore le système financier en renforçant sa supervision et sa régulation. L’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) a «fait des progrès», mais son efficacité doit être consolidée.

L’institution a salué la position fiscale solide du pays et la politique monétaire expansionniste poursuivie par la Banque nationale suisse (BNS). Elle a conseillé de ne pas relever trop tôt les taux d’intérêts.

Peter Siegenthaler, directeur de l’Administration fédérale des finances, et Thomas Moser, membre suppléant de la Direction générale de la BNS, ont largement partagé les conclusions du FMI. Celles-ci seront détaillées plus amplement dans un rapport publié en mai.

L’activité de surveillance du FMI comprend l’examen annuel de la situation économique et financière de ses pays membres. La Suisse reçoit des experts du FMI depuis 1994, soit depuis la deuxième année suivant son adhésion.

Du 15 au 23 mars 2010, la délégation de l’institution a rencontré des représentants de l’Administration fédérale, de la BNS, de la FINMA, du secteur privé, ainsi que des membres du Parlement.