Prix SVC

Fondarex séduit BMW et Tesla

Finaliste du Prix Swiss Venture Club, la PME vaudoise est spécialiste du vide. Sa technologie permet de fabriquer des pièces pour les moteurs

BMW, Tesla, Renault ou Audi, entre autres, fabriquent des pièces pour leurs voitures conçues à partir de machines Fondarex. Tous les fabricants automobiles connaissent cette PME basée à Saint-Légier (VD), dans les hauts de Vevey. Par contre, rares sont ceux qui en ont entendu parler dans la région lémanique.

Lire aussi: Les robots volants de Flyability suscitent l’engouement

L’histoire de Fondarex, créé par Fritz Hodler, remonte à 1946. La PME a développé la technologie dite «du vide» dans le domaine de la fonderie sous pression et dans celui de l’injection plastique. Ce savoir-faire qui s’adresse aux alliages non ferreux comme l’aluminium, le zinc, le magnésium, le bronze ou le laiton, permet de couler des pièces à géométrie complexe en quelques millisecondes.

Lire encore: Cinq des six PME sélectionnées pour le Prix SVC sont vaudoises

Grâce à un système de vanne, le vide se fait dans les moules d’injection. Cette technologie permet, par exemple, d’effectuer un bloc-moteur 4 cylindres pour BMW en un temps de 80 millisecondes – un clignement d’œil. «Nous fabriquons des machines capables de réaliser cette technologie du vide», précise le directeur de l’entreprise, Dominik Baumgartner. Concrètement, le métal est pulvérisé dans le moule alors que l’air et les gaz sont évacués de la cavité. Résultat: les pièces sont dépourvues d’inclusion d’air, ce qui les rend très résistantes.

Agrandissement en vue

Les machines Fondarex permettent aussi bien de fabriquer des blocs-moteurs, des boîtiers de vitesse que des pièces métalliques ou plastiques que l’on retrouve dans des éléments de portières de voiture ou sur les tableaux de bord. «Mercedes utilise nos machines pour réaliser les cadres de porte, tout comme Maserati», cite Konrad Baumgartner qui a repris l’entreprise en 1989. Il en assure la présidence alors que son fils, Dominik, est responsable de la direction opérationnelle depuis deux ans.

L’équipe dirigeante fait le tour de son atelier et de ses bureaux, où travaillent ses 34 collaborateurs dans une ambiance studieuse. La PME semble traverser les années de façon immuable, avec des employés qui restent fidèlement attachés à leur société qui n’a, de son côté, jamais eu besoin de réduire ses effectifs. Si la société ne forme pas d’apprentis, elle crée 2 à 3 nouveaux postes chaque année et prévoit l’agrandissement du bâtiment existant afin de faire face à sa croissance.

La société, qui réalise un chiffre d’affaires en progrès constant, voit dans les moteurs électriques de nouvelles opportunités d’affaires. «Nous venons de livrer 5 machines à Tesla», relève Konrad Baumgartner.

Exportation à 99%

La PME exporte 99% de ses machines à l’étranger, majoritairement à des sous-traitants travaillant pour de grands constructeurs automobiles, mais aussi à des fabricants d’outils, tel Stihl, et au secteur de l’électronique. Elle compte plus de 1000 clients dans une cinquantaine de pays et possède plusieurs bureaux de vente à l’étranger, notamment en Chine et aux Etats-Unis. Hors de question pour l’entreprise de délocaliser, même lorsque le franc se renforce. «Nous tenons à préserver nos racines régionales et nous nous entourons autant que possible de sous-traitants régionaux et suisses», précise Dominik Baumgartner.

Fondarex connaît une certaine concurrence, mais la société maintient sa position de leader et détient environ 75% de parts de marché. Pour conserver sa place, elle investit continuellement dans la recherche et le développement. Elle collabore aussi avec les instituts de recherche de la région, aussi bien avec l’EPFL qu'avec des écoles d’ingénieurs. Par exemple, avec l’Institut de génie thermique de la HEIG-VD, elle a développé un nouveau design de «chill-block», une pièce maîtresse située à la sortie du moule. Grâce au nouveau design plus compact et plus léger, cette nouvelle géométrie améliore l’évacuation de l’air dans le moule. Cette pièce a été présentée au public la première fois lors de la foire Euroguss à Nuremberg en janvier 2018.


Les PME à l’honneur

Tous les deux ans, le Swiss Venture Club (SVC) récompense une PME familiale qui s’inscrit dans la pérennité. Après une présélection et la visite de six entreprises finalistes, le jury – composé d’une quinzaine de personnalités de l’économie romande, et auquel participe Le Temps – a établi un classement qui sera révélé le jeudi 8 novembre au SwissTech Convention Center de l’EPFL. D’ici là, chaque lundi, une PME finaliste au Prix SVC sera présentée dans Le Temps, selon un ordre alphabétique.

Publicité