Vos finances

Les fonds 3a sont-ils rentables mais chers?

La baisse des bourses est une opportunité pour les produits de prévoyance individuelle qui investissent en actions. Certains sont même disponibles par smartphone. Mais il est important de considérer les frais et la composition des fonds

La prévoyance individuelle liée (3a), celle qui est encouragée fiscalement, est redécouverte par les banques et les assurances, malgré les montants d’épargne relativement modestes qui sont en jeu, à savoir 6826 francs dès 2019 pour la «petite cotisation», c’est-à-dire les salariés affiliés à une institution de prévoyance, et au maximum 33 840 francs pour ceux qui ne le sont pas. Ce pilier 3a, utilisé par un Suisse sur deux, permet d’investir en actions. Parfois jusqu’à 100% dans ces titres à revenu variable.

La branche est en croissance puisqu’elle s’est accrue d’un tiers en trois ans, à plus de 100 milliards de francs. Et en pleine transformation. De nouveaux acteurs y pénètrent, à l’image des produits de la fintech Viac de la Banque WIR.

Solution fintech bon marché

Cette fintech met l’accent sur sa solution numérique. Elle ne demande, selon ses propres termes, qu’un smartphone, 8 minutes et une carte d’identité. Et elle estime que son niveau de frais est le moins cher. Effectivement, la commission à forfait qu’elle met en avant va de 0,17 à 0,72% (plus la part en actions est élevée et plus les frais augmentent). Ce pourcentage comprend les frais de dépôt, les frais liés aux produits sous-jacents, les frais administratifs et les frais de transactions. Ces commissions sont très inférieures à la moyenne, laquelle est estimée à 1,2% par an.

Lire aussi:  Ruée sur la prévoyance des cadres

Avec des taux d’intérêt très bas et la récente baisse des bourses, peut-être est-il opportun de privilégier les fonds 3a avec un fort pourcentage en actions. Ou de procéder à des rachats dans son deuxième pilier? «Je conseille d’investir dans le pilier 3a avant d’effectuer des rachats», déclare Roland Bron, directeur de VZ en Suisse romande. La prévoyance liée a l’avantage pour l’épargnant de décider lui-même comment il veut investir, en fonction de son profil de risque et de ses objectifs, ajoute-t-il. Dorénavant, l’investisseur peut même acheter un produit de prévoyance liée comportant jusqu’à 100% d’actions.

Le premier institut à avoir proposé un fonds 3a à forte proportion d’actions a été Raiffeisen, il y a six ans, avec un produit indiciel Pension Growth comprenant plus de 60% en actions, selon la HandelsZeitung. Presque tous les instituts bancaires et les assurances ont maintenant de tels produits. UBS a lancé en novembre 2015 un produit à 75% en actions et fin octobre 2018 une solution à 100% en actions. Ces produits de prévoyance rencontrent un franc succès. Au sein de la grande banque, UBS Vita Invest 50 World dispose d’une fortune de 2,25 milliards de francs.

Lire également:  Absence de solution universelle pour la prévoyance

L’épargnant est tout à fait conscient que la prévoyance liée est un produit investi à long terme. Une correction boursière, comme celle d’octobre par exemple, ne doit pas l’inquiéter. Dans une optique à 10 ans, une baisse de 10% lors d’une année est très probable. «L’épargnant de 40 à 55 ans peut sérieusement envisager un fonds 3a avec une part élevée en actions sans s’inquiéter. Plus près de la retraite, mieux vaudrait limiter la proportion en actions», conseille Roland Bron. Si une personne détient déjà des fonds 3a, il est possible d’en modifier la composition sans frais, indique Annabelle Guitton, spécialiste en prévoyance auprès d’UBS.

Le deuxième conseil de VZ porte sur les frais. Dans les fonds avec une part en actions allant jusqu’à 50%, le rendement annualisé après frais sur cinq ans oscille entre 3,2% pour les plus bas et 6,4% pour le plus élevé. Les écarts de coûts méritent donc une attention particulière. Sur le long terme, les petites différences peuvent exercer un impact majeur sur le résultat d’un placement.

«Les frais ne concernent pas seulement les commissions de gestion de l’émetteur du fonds 3a mais aussi ceux qui sont à l’intérieur des fonds de placement dans lesquels les produits 3a investissent. Le total peut facilement grimper à 1,5%», précise Roland Bron. Chez VZ, les frais se répartissent en une commission de base de 0,68% par an et une charge portant sur les ETF contenus dans le produit (entre 0,1 et 0,4% par an).

Privilégier la performance nette et non les frais?

«Les clients se concentrent sur la performance nette et non pas sur les coûts», estime Annabelle Guitton. «Mieux vaut un rendement net de 5% avec 1,5% de frais qu’un rendement de 2% avec 0,1% de frais», ajoute-t-elle. UBS Vita Invest 50 présente un rendement annualisé net de 4,5% sur cinq ans et un taux de frais total de 1,58%. Par ailleurs, «le niveau de coûts traduit l’existence d’une gestion active disciplinée d’une banque connue pour la qualité de sa gestion», renchérit Lionel Maitre, spécialiste en solutions d’investissement chez UBS.

Dans le cas d’UBS Vita Invest 50, le gérant choisit divers fonds en fonction des catégories d’investissement. On y trouve UBS bien sûr, mais aussi, par exemple pour les actions suisses, IAM, Swiss Rock et Schroder.

Lire également:  Les dix stars de la prévoyance romande

Les fonds 3a investissent en effet parfois dans des ETF cotés en bourse, soit des fonds indiciels dont les coûts sont généralement très bas, ou dans des fonds de placement actifs, qui cherchent à battre l’indice de référence, et qui sont plus chers.

Il n’est pas aisé de trouver la composition détaillée des produits. Seules les principales positions sont communiquées dans les fiches d’information

Roland Bron, directeur de VZ en Suisse romande

A titre de comparaison, le fonds Viac Global 100, dont la part en actions atteint 100%, présente un rendement annualisé de 9,1% par an sur cinq ans et 0,53% de frais totaux. C’est toutefois un produit volatile, ainsi qu’en témoigne sa perte de 39,8% au début de la crise financière.

L’opacité des solutions 3a se situe donc aussi bien dans la difficulté à comprendre toutes les sources de frais, mais aussi dans la composition des portefeuilles. «Il n’est pas aisé de trouver la composition détaillée des produits. Seules les principales positions sont communiquées dans les fiches d’information», selon Roland Bron.

Pour le Viac Global 100, les cinq principales positions sont Novartis, Nestlé, Roche, UBS, Zurich. Dans ce produit global, la Suisse représente 38% du portefeuille. L’épargnant qui choisit les solutions 3a n’a pas une liberté de choix totale. La loi l’oblige à choisir des solutions diversifiées par exemple. Les fonds 3a sur des titres sont préférables, selon Roland Bron, à des comptes 3a dont le rendement ne dépasse pas 0,2%.

Publicité