Sous la présidence de Manuel Leuthold, le fonds AVS se fait clairement entendre lors des assemblées générales, en particulier lors des élections d'administrateurs et le vote des rémunérations. «Si des points nous déplaisent, nous disons non», avait-il averti il y a un an. Les faits montrent qu'il a mis en oeuvre sa politique. «L'AVS attaque l'élite économique», titre la NZZ am Sonntag sur ce sujet.

30 refus d'administrateurs

Au total, 30 administrateurs et 11 présidents se sont vus refuser la voix du Fonds de l'AVS. Ce dernier s'est par exemple opposé à l'élection de Walter Kielholz (Swiss Re), Andreas Schmid (Aéroport de Zurich), Georg Theiler (Mobimo), Peter Forstmoser ( PSP Swiss Property), Sergio Marchionne (SGS) et Gerold Bührer (Georg Fischer).

A lire aussi: Une hausse de la TVA de 1,7% pour sauver l'AVS

Au chapitre des rémunérations, le fonds de l'assurance sociale a rejeté celui de cinq entreprises, dont celui de Credit Suisse.Il a d'ailleurs refusé les quatre membres du comité de rémunération de ce dernier. 

L'hebdomadaire rappelle que le conseil d'administration du Fonds AVS comprend des représentants de la Confédération, des employeurs et des syndicats. Manuel Leuthold a pour devise de défendre les intérêts des assurés et de s'en tenir aux principes d'une bonne gouvernance. Les bonus doivent par exemple être clairement définis et liés à des critères de performance ambitieux.

Le plus critique est la caisse de pension du canton de Zurich

Le Fonds AVS ne vote l'élection d'un administrateur de plus de 72 ans ou déjà en fonction depuis plus de 16 ans que si l'intérêt des assurés est garanti de cette manière. Pour cette raison, le fonds s'est opposé à l'élection de Walter Kielholz, Andreas Schmid et Gerold Bührer. Sur ce point, le Fonds de l'assurance social est plus dur qu'Ethos et Actares, selon l'hebdomadaire. Economiesuisse est également moins sévère et privilégie le critère de la diversité.

Au sein des institutionnels, l'investisseur le plus critique est la caisse de pension du canton de Zurich, selon la NZZ am Sonntag