«80% des achats de hedge funds sont finalisés par un fax. Les fautes de frappe sont vite arrivées, elles entraînent des erreurs énormes», lance Oliver Achermann de SegaInterSettle. Cette société, la principale chambre de compensation des titres en Suisse, veut participer plus largement aux transactions sur les fonds alternatifs. Dès le 15 décembre, elle proposera un système automatisé de transferts et de dépôts des hedge funds. Elle veut transposer pour les fonds alternatifs ce qui se fait déjà pour les fonds classiques et la plupart des fonds de hedge funds enregistrés en Suisse.

Lors d'une vente de parts de fonds alternatifs, les systèmes utilisés ont souvent une dizaine d'années de retard par rapport à ce qui se fait pour les actions. «Autour des hedge funds gravitent 6 ou 7 acteurs. C'est trop, chacun cherche à réaliser des bénéfices sans chercher à optimiser le processus des transactions, s'insurge Oliver Achermann. Il n'y a pas de standardisation. Un client envoie 100000 dollars et il ne recevra la confirmation de son ordre d'achat que 2, voir 6 mois plus tard.» Pour suivre son ordre, il ne lui reste plus qu'à prendre son téléphone. Mais les bureaux des Bahamas n'ouvrent que 2 à 3 heures par jour.

Par ses nouvelles activités, SegaInterSettle entrera en concurrence avec Citco, une société qui a une forte présence en Suisse. Elle luttera aussi contre les grands dépositaires internationaux, comme State Street ou HSBC. «Nous visons une part de marché de 20% à 25%», note Oliver Achermann.

Chaque opération sera facturée 125 dollars, un chiffre nettement plus élevé que les 8 euros demandés pour les fonds classiques par Euroclear, une autre chambre de compensation. La différence de prix s'explique en partie par la taille des ordres. Alors que les fonds classiques peuvent s'échanger pour des montants de quelques milliers de francs, les fonds alternatifs se traitent pour des sommes beaucoup plus importantes, de plusieurs dizaines de milliers de dollars. «De toute façon, les hedge funds sont toujours plus chers que les fonds normaux», note un investisseur institutionnel.

Le service de dépositaire proposé par SegaInterSettle reviendra à 0,04% par an. «Un système dégressif de commission ramènera ce chiffre à 0,02% pour les gros montants», confie Ernst Bollhalder, membre du directoire de la société. Une vingtaine de pays servent de domiciles légaux aux hedge funds. SegaInterSettle veut commencer par automatiser ses opérations avec les plus importants. Dans ce but, des accords ont été négociés avec 4 sociétés spécialisées dans les transferts avec ces pays.

En moyenne, le dénouement d'une transaction devrait être communiqué 15 jours après que l'ordre a été donné. «Mais cela dépendra de la fréquence de calcul de la valeur nette d'inventaire des fonds achetés», explique Oliver Achermann.