L’apport d’argent frais s’est inscrit au total à 5,5 milliards de francs, contre 2,1 milliards un an auparavant, a indiqué mercredi l’établissement zurichois. Dans la gestion de fortune, les entrées nettes de nouveaux capitaux ont triplé à 1,2 milliard, alors qu’elle se sont hissées à 3,7 milliards dans la gestion institutionnelle.

A fin 2010, les avoirs sous gestion se montaient à 78,6 milliards de francs, 5% de plus qu’un an auparavant. Tant les activités de gestion de fortune que celles liées au secteur institutionnel ont amélioré leur performance.

Dans la gestion de fortune, le bénéfice avant impôts a plus que doublé à 48,5 millions de francs. Alors que les revenus se sont étoffés de 17% à 248,5 millions de francs, les charges ont augmenté de 4% à 200 millions. La croissance limitée de coûts reflète notamment les synergies issues de l’intégration de la filiale helvétique de la banque allemande Commerzbank.

La gestion institutionnelle a elle aussi affiché une forte croissance de ses revenus, avec des coûts progressant de manière moins prononcée. Le résultat avant impôts a bondi de 61% à 50,6 millions de francs.

Les activités de banque d’affaires ont quant à elles évolué de manière moins favorable. Le résultat avant impôts de ce secteur a chuté de 21% à 115,5 millions de francs.

Comme déjà annoncé en août 2010, la banque connaîtra ce printemps des changements au niveau de sa direction. Actuellement patron de l’établissement, Herbert Scheidt prendra la présidence du conseil administration à compter de l’assemblée générale du 3 mai. Il succèdera à Urs Widmer, lequel renoncera à son mandat, ayant atteint la limite d’âge statutaire.

Pour succéder à M. Scheidt, le conseil d’administration a nommé Zeno Staub. Agé de 41 ans, M. Staub dirige actuellement l’unité de gestion institutionnelle (Asset Management).