Le Groupe Raiffeisen a vu son bénéfice net chuter d’un cinquième l’an passé pour s’inscrire à 564 millions de francs. La baisse s’explique notamment par la mauvaise situation boursière et des correctifs de valeur sur les participations dans Vontobel et Helvetia.

A l’instar des banques cantonales et régionales, le Groupe Raiffeisen a profité de la désaffection de la clientèle envers les plus grands établissements. Il a ainsi compté 158 000 nouveaux clients et 105 000 nouveaux sociétaires ainsi qu’un apport d’argent frais de 11,6 milliards de francs, a-t-il indiqué jeudi.

Les banques Raiffeisen dénombrent 1,5 million de sociétaires et 3,2 millions de clients. Le total des fonds déposés dépassait à fin 2008 pour la première fois les 100 milliards de francs (+10,6% à 104,1 milliards), une évolution qui conforte l’étiquette de «troisième force» du marché suisse attribuée au groupe st-gallois.

Au niveau opérationnel, les produits ont particulièrement souffert dans les opérations de commissions et de services (-5,6% à 230 millions de francs), précise le communiqué. Le groupe signale encore avoir créé plus de 450 emplois pour répondre à l’afflux de clients et au besoin croissant en conseils.

Les correctifs de valeur en lien avec la banque Vontobel et l’assureur Helvetia ont porté sur 71,3 millions de francs. La rentabilité a également souffert d’amortissements accrus en matière d’investissement. L’année 2009 a bien commencé avec un afflux continu d’argent frais, affirme le Groupe Raiffeisen.