Mauvaise nouvelle pour les investisseurs! Les ratios TER de frais totaux des fonds de placement autorisés à la distribution en Suisse sont repartis à la hausse. A la fin de 1999, ils étaient de 1,1% selon les calculs du consultant britannique Fitzrovia International. A la mi-2000, ils avaient baissé à 1,097%. Selon sa dernière enquête, qui porte sur les rapports audités de 2889 produits autorisés en Suisse et représentant des actifs de 576,3 milliards de dollars, le TER moyen est remonté à 1,172%. Selon les responsables de Fitzrovia, cela signifie que les coûts réels supportés par les investisseurs sont en moyenne 20% plus élevés que ce qui leur est officiellement annoncé. La différence peut aussi s'apprécier en espèces sonnantes et trébuchantes: les amateurs suisses de fonds de placement paient toujours chaque année un milliard de trop aux promoteurs.

Le diable se cachant dans les détails, c'est là qu'il faut aller chercher où les frais ont augmenté. Les frais d'administration ont continué à baisser: ils étaient de 0,044% en moyenne en juin 2000 et sont aujourd'hui de 0,039%. Les frais de conservation des titres (global custody) sont restés stables à 0,059%, de même que les «autres frais» qui s'établissent à 0,145% contre 0,144% il y a six mois. Du coup, il faut chercher l'origine de la progression du TER moyen des fonds de placement dans celle des frais de gestion: ils bondissent de 0,86% à 0,933%. Ce qui représente une hausse de 8%! L'explication à ce mouvement est facile à chercher. Outre les discrètes augmentations de frais de gestion qui ont été faites ces derniers mois, notamment par UBS, elle tient aussi aux changements dans les habitudes d'investissement dans les fonds. Ces dernières années, les investisseurs ont en effet délaissé les instruments investis sur les marchés financiers ou en obligations pour rechercher des produits en actions. Et, dans cette dernière catégorie, les fonds sectoriels ont eu les faveurs du public. Du coup, la pondération des classes d'actifs varie et celle des TER aussi.

Entre des fonds sur les marchés monétaires, dont les TER moyens sont stables à 0,78%, ou investis en effets obligataires, où les TER se situent à 1,13% (1,11% à la mi-2000), et les fonds en actions dont le ratio moyen de frais totaux est en baisse à 1,81% (1,86% à la mi-2000), il n'y a pas photo. Dans cette dernière classe d'actifs, les ratios TER s'étalent entre 0,83% pour les outils investis en actions danoises et 5,14% pour ceux qui le sont en titres argentins. Certes, il s'agit de deux extrêmes. Mais il y a aussi un monde entre les fonds de placement dédiés aux actions suisses (TER de 1,35%) ou aux petites capitalisations suisses (TER de 1,44%) et ceux qui proposent aux investisseurs un portefeuille en actions technologiques (TER de 2,07%) ou en titres d'Internet (TER de 2,39%).

Certes, on peut expliquer la cherté relative des fonds sectoriels par les styles d'investissement plus actifs qu'ont leurs gérants. Une étude précédente de Fitzrovia International avait ainsi révélé que les TER des fonds en valeurs technologiques s'étalaient de 0,75% pour le DIT Technologiefonds à 2,48% pour le Lombard Odier Invest Technology. Mais Paul Moulton, directeur de Fitzrovia, signale aussi que, pour un investissement annuel de 50 000 francs dans des fonds en valeurs technologiques, le TER passe à 2,14%. «Les investisseurs peuvent tolérer des charges plus importantes si la performance des fonds est à l'avenant mais si, comme cela s'est passé dans ce secteur, il y a un retournement de tendance dans les résultats, des TER trop élevés seront un handicap», estime-t-il.

En ce qui concerne les promoteurs, celui qui propose les fonds en actions les moins chers sur le marché est aujourd'hui l'allemand Union Investment (TER à 0,86%). Le promoteur suisse le moins cher, la BSI, a un TER moyen de 1,16% pour ses fonds en actions. Celui qui est le plus cher reste FIT International Investment Funds avec un ratio de 10,18%. Dans les fonds en obligations, Zurich Investment a le plus bas ratio (0,63%) et Scudder Kemper, du même groupe, le plus élevé (1,83%). Entre les deux, on trouve pour la première fois les fonds jaunes de La Poste dont le TER moyen est un honorable 0,98%. Enfin, dans les fonds sur les marchés monétaires, ceux de Swissca sont les moins chers (0,47%) alors que les outils de Scudder Kemper coûtent presque le triple avec un TER de 1,14%.