Août 2011, les acteurs financiers, à peine remis de la crise financière, s’inquiètent de la prochaine en zone euro et rapatrient des capitaux générant une appréciation du franc suisse de près de 20%.