Le franc a confirmé lundi son mouvement d’affaiblissement, l’euro reprenant près de trois centimes pour atteindre son plus haut niveau depuis deux mois. En fin d’après- midi, la monnaie unique valait plus de 1,19 franc, sous l’effet notamment de l’action de la BNS.

En trois semaines, l’euro a gagné 19 centimes contre le franc, soit 19%, après avoir tutoyé la parité en parvenant le 9 août à son plus bas niveau historique sous 1,01 franc. Le nouvel affaiblissement du franc survient alors que la monnaie européenne s’était stabilisée autour de 1,14 franc depuis une dizaine de jours.

L’euro s’affichait à 1,1973 franc vers 16h15 à son plus haut du jour, avant de descendre à 1,1930 franc. Il a ainsi pris près de 3 centimes par rapport à son niveau de la matinée. De l’avis des observateurs, le franc demeure surévalué même aux alentours de 1,20 franc.

La détente s’explique d’abord par l’effet des mesures annoncées depuis le 3 août par la Banque nationale suisse (BNS) pour contrer le franc fort. L’institut d’émission a décidé de faire tendre vers zéro son taux de référence Libor, en approvisionnant très généreusement le marché monétaire en francs.

Le dollar aussi

La BNS a multiplié presque par sept la limite des avoirs en comptes de virement détenus par les banques auprès d’elle, soit de 30 à 200 milliards de francs. Le possible ralentissement de l’économie suisse rend par ailleurs moins attrayant le franc, qui joue son rôle de valeur refuge en ces temps de crise des dettes publiques.

Autre facteur, l’annonce vendredi par UBS d’une note destinée à ses clients institutionnels. En résumé, le numéro un bancaire suisse leur signalait qu’il pourrait prendre des mesures correctives via des frais temporaires en cas de poursuites de l’afflux de liquidités sur les comptes de dépôt en francs.

Le dollar gagnait également du terrain face au franc lundi. En fin d’après-midi, le billet vert dépassait les 82 centimes pour s’échanger aux alentours de 82,20 centimes, soit à son plus haut niveau depuis fin juillet, après le record de faiblesse établi le 9 août à 70,69 centimes.

Distribution et Conseil fédéral

Reste que le renforcement à un niveau record du franc a déjà déployé des effets. A commencer par les grands distributeurs incités à obtenir des baisses de prix de leurs fournisseurs en produits provenant de la zone euro. Du coup, les consommateurs commencent à profiter des avantages du franc fort. L’industrie d’exportation, qui souffre depuis des mois de l’appréciation du franc, devrait jouir du paquet de 2 milliards de francs décidé il y a deux semaines par le Conseil fédéral, tout comme le secteur touristique d’ailleurs. Pour mémoire, l’euro valait encore plus de 1,30 franc en avril.