Franc fort: comment Caran d’Ache réagit

Industrie La société fête ses 100 ans

Comme cadeau d’anniversaire – Caran d’Ache fête ses 100 ans en 2015 –, Jean-François de Saussure, patron depuis deux ans, aurait préféré une autre surprise. «2014 a été une belle année mais, le 15 janvier (ndlr: abandon du taux plancher par la BNS), nous avons pris une douche froide sur la tête. L’impact de la hausse du franc a été brutal. Dans les jours qui ont suivi, la chute des commandes dépassait 50%…»

La mobilisation a été générale. «Nous avons immédiatement travaillé sur un autre budget pour 2015. Nous avons tout revu, département par département, nos dépenses comme nos investissements, et nous avons décidé des mesures pour soutenir nos distributeurs.»

«Nous ne touchons pas aux prix de nos produits. Nous continuons à facturer en francs. Mais nous avons défini pour chaque marché un taux de change fixe. En conséquence, nous ferons la banque pour nos distributeurs.» Jean-François de Saussure n’en dira pas plus sur ce qui ressemble à une façon pour la société d’assumer le risque de change au profit des distributeurs. Cette mesure, à la veille d’un très grand salon de la branche à Francfort, la semaine dernière, a «rassuré», note-t-il. «Les commandes sont reparties à la hausse.» Avare en chiffres, Caran d’Ache évoque une présence dans 90 pays et 50% des ventes réalisées en Suisse et en Europe de l’Ouest.

Pas de baisse des salaires

Et pour les 280 collaborateurs qui représentent quelque 90 métiers différents sur le site de Thônex (GE)? «J’ai réuni le personnel, expliqué la situation et les difficultés et j’ai rassuré sur notre volonté de sécuriser l’emploi. Nous n’entrons pas en matière sur des baisses de salaire ou des rétributions en euros.» Malgré les aléas du franc, c’est dit avec une conviction forte: défendre une «qualité 100% Swiss made».

Le jubilé des 100 ans de l’entreprise est tissé de nombreux événements présentés jeudi aux repré­sentants des médias européens: collection anniversaire, logo unique, exposition Les Caran d’Ache de Picasso cet été à Interlaken, etc.