Le groupe suisse SGS, numéro un mondial de l’inspection et de la certification, a réalisé au cours de l’année dernière un bénéfice en légère hausse et s’attend à améliorer son résultat en 2011, a-t-il annoncé lundi.

Le bénéfice net du groupe a progressé de 3,9% à 588 millions de francs suisses (457,4 millions d’euros), conformément aux prévisions des analystes interrogés par l’agence financière AWP.

Le bénéfice d’exploitation a augmenté de 5,3% à 836 millions de francs suisses sur la période, tandis que le chiffre d’affaires a quasiment stagné (+1%) à 4,8 milliards.

SGS, présidée par le directeur général des groupes automobiles Fiat et Chrysler Sergio Marchionne, explique avoir souffert de la fin du contrat d’inspection obligatoire des voitures en Irlande début 2010, sans quoi les ventes auraient progressé de 5,5% à taux de change constant.

Pour le nouvel exercice, le leader mondial du secteur prévoit «d’améliorer la croissance du chiffre d’affaires» et du bénéfice d’exploitation.

En septembre, le groupe genevois avait annoncé qu’il comptait réaliser des ventes de 8 milliards de francs suisses (6,1 milliards d’euros) d’ici à 2014. Le résultat d’exploitation, hors élément exceptionnel, doit passer à 1,6 milliard, la marge d’exploitation à 20% et le bénéfice par action à environ 140 francs suisses.

Le groupe a par ailleurs annoncé qu’il allait verser à ses actionnaires un dividende de 65 francs suisses par action au titre de l’exercice 2010, soit une hausse d’environ 8% par rapport à 2009.

Pour les analystes de la banque Vontobel, les chiffres présentés par SGS n’ont pas révélé de «surprise». Les perspectives sont restées «vagues», ont-ils souligné dans une note. L’augmentation du dividende représente cependant «un signe que la direction est persuadée des perspectives du groupe».

A la bourse suisse, les investisseurs ont salué ces annonces, le titre SGS prenant 2,28% à, 570 francs suisses, sur un marché quasiment stable (+ 0,02%) peu après l’ouverture lundi matin.