Le passage historique sous le seuil de 1,43 franc a eu lieu mardi, avec un plus haut momentané du franc à 1,4263 franc pour un euro. Mercredi vers heures, la monnaie européenne s’échangeait contre 1,4280 franc environ. Les observateurs s’attendent à ce que cette tendance se poursuive.

Le franc pourrait jouer avec la barre de 1,42 franc contre un euro. Selon les analystes, les marchés ont été peu impressionnés par les propos répétés mardi par le président de la Banque nationale suisse (BNS), Philipp Hildebrand, de la volonté de l’institut d’émission de «s’opposer résolument à une appréciation excessive du franc».

«Des remarques de cette nature poussent les marchés à tester la BNS», alors que la faiblesse de l’euro renforce la pression sur la devise suisse. Le phénomène est alimenté par une croissance économique encore hésitante dans la zone euro et par les inconnus posées par la crise financière en Grèce.

La force du franc est pénalisante pour l’industrie d’exportation, les entreprises voyant leurs marges s’éroder quand elles ne doivent pas augmenter leurs prix en euros pour compenser l’appréciation. En revanche, elle est pour le moins intéressante pour les Suisses choisissant d’aller passer des vacances dans un pays de la zone euro.