Pour une fois, la Suisse et ses banques ne se retrouvent pas dans le viseur du Ministère français des finances. Sur les 12 milliards d’euros de recettes engendrées par les opérations de lutte contre l’évasion fiscale en 2019, une partie significative a, selon le Ministère français du budget, été obtenue grâce au bon fonctionnement de l’échange automatique de renseignements bancaires promu par l’OCDE, mis en œuvre par la Confédération depuis le 1er janvier 2017. Ces chiffres ont été dévoilés mardi lors du débat parlementaire sur le projet de la loi de finances rectificatif pour 2020.

«Nous sommes bien entrés dans une autre époque: celle de la coopération entre Paris et Berne, juge-t-on à Bercy, le QG parisien du Ministère des finances. Les outils mis à la disposition des services fiscaux et judiciaires français pour lutter contre la fraude fiscale sont enfin à la hauteur des enjeux.» Les recettes fiscales annuelles atteignent au total 270 milliards d’euros par an en France.