«Quatre Français sur dix ont peur de perdre leur emploi. Quatre Français sur dix estiment indispensable de réduire leurs dépenses. Et dans toutes nos enquêtes d’opinion, la défiance envers les institutions publiques, les partis politiques et même les statistiques augmente…»

Bernard Sananès, président de l’institut de sondage Elabe, a tenu d’emblée à rappeler l’inquiétante évidence sociale française lors des rencontres économiques d’Aix-en-Provence, les 12 et 13 septembre. Alors que la plupart des économistes présents ont salué le plan «France relance» à 100 milliards d’euros présenté par le gouvernement le 3 septembre, les observateurs du «pays réel» ont, comme lui, mis en garde contre les fractures que la pandémie de coronavirus a accrues. Exemple pour le sociologue Jean Viard, auteur de La Page blanche (Editions de l’Aube): «Appliquer les signaux faibles d’hier pour décrypter la société française post-covid est une erreur. Si l’on ajoute aux centaines de milliers de pertes d’emplois attendues le grand nombre de démissions que va entraîner l’épidémie, on doit d’urgence se poser la question: la relance est-elle à la hauteur des cassures et des ruptures que nous sommes en train de vivre?»