Innovation

Les frasques à répétition d’Elon Musk commencent à inquiéter les marchés

Après la violente attaque du patron de Tesla et de SpaceX contre un spéléologue ayant aidé à sauver les enfants piégés dans une grotte thaïlandaise, certains commencent à mettre en doute ses capacités de dirigeant. Le cours de l’action de Tesla a perdu près de 3% lundi

Journalistes, analystes financiers, employés: nombreux sont ceux qui ont fait les frais des colères d’Elon Musk, le fantasque milliardaire d’origine sud-africaine qui dirige Tesla et l’entreprise spatiale SpaceX. Le médiatique patron est coutumier des polémiques. Mais il a semble-t-il franchi une ligne jaune ce week-end en traitant, sur Twitter, de pédophile un Britannique ayant aidé la mission de sauvetage des 12 jeunes footballeurs pris au piège dans une grotte thaïlandaise et évacués la semaine dernière.

Ses tweets accusateurs – effacés depuis – faisaient suite aux propos de ce spéléologue, Vernon Unsworth, qui avait qualifié de «coup de pub» l’offre avortée d’Elon Musk d’envoyer un sous-marin miniature pour aider au sauvetage. Vernon Unsworth a annoncé son intention de porter plainte.

Lire aussi: Elon Musk est-il hors de contrôle?

Des propos qui lui ont valu une avalanche de critiques virulentes sur les réseaux sociaux, déclenchant même des interrogations quant à sa stabilité mentale et à ses capacités de dirigeant d’entreprise.

«C’est la chose la plus néfaste, en termes d’image de marque, qu’Elon Musk ait jamais faite», estime Roger Kay, analyste chez Endpoint Technologies Associates. Pour lui, l’attitude d’Elon Musk s’apparente à celle du président américain Donald Trump, lui aussi habitué à polémiquer violemment sur Twitter, voire à insulter quiconque n’est pas d’accord avec lui.

La sanction des marchés ne s’est pas fait attendre: Tesla a perdu 2,75% à Wall Street lundi, alors même que le constructeur de voitures électriques est déjà sous pression après des retards de production de son Model 3, considéré comme vital pour son avenir.

«Steve Jobs n’est jamais allé aussi loin»

Elon Musk «est fortement sous pression et nous assistons à des points de rupture», poursuit Roger Kay. «Il passe la nuit dans ses usines pour augmenter les cadences et c’est pénible. Mais quand il parle aux investisseurs, il doit les rassurer sur le fait que tout cet argent ne passe pas par les fenêtres», dit encore l’analyste.

Elon Musk a toujours entretenu son image de génie créatif, quelque peu comparable à celle du défunt fondateur d’Apple Steve Jobs, lui aussi connu pour son caractère très difficile. Mais pour Patrick Moorhead (Moor Insights & Strategy), la comparaison s’arrête là: «Steve Jobs n’est jamais allé aussi loin.» Pour limiter les dégâts, «la première chose que Musk doit faire, c’est s’excuser platement», poursuit Patrick Moorhead, qui ajoute que «s’il fait ce qu’il faut, il peut s’en relever».

D’autant que cet éclat est loin d’être le premier pour Elon Musk, qui a reproché à des journalistes de trop parler des accidents impliquant des voitures Tesla et son système d’aide à la conduite Autopilot ou d’être «systématiquement négatifs» sur l’entreprise.

En juin, il a accusé un employé d’avoir volé des données confidentielles et d’avoir «saboté» les activités de son usine de batteries, ledit employé affirmant pour sa part être un lanceur d’alerte ayant averti de problèmes de sécurité.

Lire à ce propos: Tesla et son PDG Elon Musk au cœur de la tempête

Elon Musk n’est qu’«humain»

Début mai, lors d’une conférence téléphonique avec des analystes, Elon Musk s’était également fait remarquer en qualifiant d’«ennuyeuses» leurs questions et en refusant de répondre sur les problèmes financiers de Tesla. L’épisode avait aussi fait baisser l’action.

Le comportement d’Elon Musk est «évidemment déplacé pour un PDG», tranche Bob O’Donnell, analyste chez Technalysis Research, qui évoque un «culte de la personnalité». «Il aime que tout ce qu’il dit soit rapporté dans les médias, mais quand on est dans cette situation, il faut se comporter en adulte», poursuit l’analyste.

L’analyste Trip Chowdhry (Global Equities Research) – ardent défenseur de Tesla – se veut plus compréhensif: ce comportement montre qu’il est «humain» et n’entame en rien ses qualités d’innovateur hors pair, pense-t-il. «Tesla a plusieurs générations d’avance», affirme M. Chowdhry, estimant que, même si Elon Musk est dénué des qualités relationnelles que possèdent la plupart des patrons, les innovations de Tesla seront mieux comprises dans les cinq à dix ans qui viennent.

Publicité