Le gendarme de la Bourse américaine, la SEC, a engagé des poursuites contre une société de prêts en ligne en cryptomonnaies, et ses dirigeants, accusés d'avoir escroqué 2 milliards de dollars (1,69 milliards d'euros) d'investissements.

La plateforme BitConnect et son fondateur Satish Kumbhani proposaient d'investir des titres dans un programme de prêts qui devait rapporter gros, selon la plateforme. BitConnect était supposé utiliser son «logiciel-robot propriétaire de courtage volatil» pour faire fructifier ces fonds déposés, explique un communiqué de la SEC mercredi.

Lire l'opinion: La thèse d’investissement des cryptomonnaies

Cependant, la SEC affirme qu'au lieu d'utiliser les fonds dans ces investissements et ces échanges, BitConnect et ses dirigeants les ont «siphonnés» pour leur propre bénéfice en les transférant en cryptomonnaies sur des portefeuilles numériques à leur nom et celui du promoteur de leur opération, Glenn Arcaro. Celui-ci était en charge d'attirer les clients sur son site web créé pour l'occasion, Future Money.

Des accords à l'amiable signés

La SEC les accuse d'avoir «volé des milliards de dollars à des particuliers du monde entier en exploitant leur intérêt dans les cryptomonnaies», a indiqué Lara Shalov Mehraban, directrice régionale de la SEC à New York.

La plainte de la SEC accuse les défendeurs d'avoir violé les dispositions antifraude et d'enregistrement des valeurs mobilières imposées par la loi fédérale. Elle vise à obtenir la restitution des fonds confiés, des intérêts et des sanctions civiles.

Pour poursuivre la lecture: Un cambriolage record de cryptomonnaies chez Poly Network par des pirates informatiques

La SEC a déjà signé deux accords à l'amiable avec cinq des prévenus. Dans une action parallèle, le département de la Justice a indiqué que Glenn Arcaro avait plaidé coupable dans cette affaire.