Dans le laboratoire flambant neuf, tous les équipements n’ont pas encore été livrés. Mais la production de molécules avait déjà démarré mercredi. Celles-ci devront ressembler à s’y méprendre aux anticorps utilisés dans le traitement de certains cancers ou maladies auto-immunes comme la polyarthrite rhumatoïde.