Qu’arrive-t-il à nos déchets, une fois que nous les avons triés? En six épisodes et autant d’objets du quotidien à recycler, Le Temps suit leur parcours, celui qui les mène tant bien que mal jusqu’à leur nouvelle vie.

Les épisodes précédents:

A première vue, la boutique Ateapic, située dans le quartier du Flon à Lausanne, n’a rien d’atypique. Flambant neuve, elle propose, sur trois niveaux, des vêtements et chaussures pour hommes, femmes et enfants, tendance ou vintage. Et à des prix imbattables. «Nos clients sont réguliers et de toutes les générations, relève la responsable Marie-France Lesquereux. Certains d’entre eux passent tous les jours dans l’espoir de dénicher la bonne affaire. Ils savent que nous recevons de nouveaux produits quotidiennement.»

Cette boutique a ceci de particulier qu’elle se trouve à la fin d’une chaîne qui consiste à collecter, trier, traiter et commercialiser des vêtements et accessoires usagés dans le canton de Vaud. «Chaque matin, 8 à 10 camionnettes vont les récupérer dans 80 conteneurs disposés à Lausanne et dans 145 autres, repartis dans les 81 communes du canton», détaille Olivier Coulet, responsable d’exploitation de Démarche. Soutenue par la ville de Lausanne, cette coopérative opère dans la filière vêtements qui ont déjà servi via son unité Textura. Celle-ci accomplit non seulement une tâche environnementale, mais participe aussi à l’insertion professionnelle et à la formation de chômeurs dans le canton de Vaud.