Les frontaliers ne voulaient pas moins télétravailler, ils ont obtenu gain de cause. L’antenne locale de la République en Marche, parti de la majorité présidentielle, annonce vendredi dans un communiqué la prolongation de l’accord fiscal et social provisoire entre la France et la Suisse jusqu’en septembre. Ce dernier permet aux travailleurs d’exercer leur activité professionnelle à leur domicile sans que cela modifie leur régime d’imposition, une mesure provisoire apparue en mai 2020, en pleine crise sanitaire, et qui devait prendre fin le 30 juin.

«Suite à des échanges avec les candidats d’Ensemble! Majorité présidentielle pour la région transfrontalière franco-suisse, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, a décidé d’arbitrer en faveur d’une reconduction jusqu’en septembre du régime dérogatoire actuel en matière d’imposition des frontaliers exerçant en télétravail. Nous nous en félicitons», saluent les candidats locaux du parti d’Emmanuel Macron.

Cette décision ministérielle tombe en plein dans l’entre-deux-tours des élections législatives. Les Français de Suisse se rendront ce dimanche aux urnes pour départager Marc Ferracci, candidat macroniste arrivé en tête au premier tour, et Magali Mangin, membre de la France Insoumise et candidate pour la Nupes, l'alliance de Jean-Luc Mélenchon.

Lire aussi: Aux législatives, les candidats frontaliers plébiscitent le télétravail