La fusion entre siAx et sunrise, en novembre, a modifié le paysage suisse des télécommunications. Trois mois plus tard, la nouvelle entreprise issue de ce mariage – TDC Suisse, soit Sunrise – annonçait la suppression de 240 emplois en Suisse et l'abandon de la marque diAx. Mercredi, le danois Kim Frimer, le nouveau patron invitait la presse pour discuter de la stratégie de cette nouvelle entité. Désormais, il dévoile le coût de cette union: 16 millions de francs. Ce montant comprend le changement des enseignes des 2000 boutiques de diAx, la modification gratuitement des cartes SIM des abonnés qui se fera cet automne, ainsi que divers frais administratifs. L'absorption de diAx se fait par étape, à tel point que, encore aujourd'hui, les téléspectateurs peuvent voir sa publicité sur leurs petits écrans. «Il n'était pas possible d'annuler les contrats déjà signés depuis longtemps», explique Kim Frimer. Autre reliquat, le portail Internet de diAx qui est encore en fonction.

Le prix de la fusion viendra creuser encore plus le déficit de Sunrise. Les objectifs financiers pour cette année sont d'arriver à un bénéfice net négatif de 423 millions et d'un EBITDA de moins 48 millions pour un chiffre d'affaires de 1,7 milliard. La Suisse n'est pas encore profitable pour le groupe danois, tout comme l'Autriche et la Hollande. «En revanche, l'Allemagne, la Pologne et le Danemark sont bénéficiaires, assure Kim Frimer. A ces chiffres rouges, vient encore s'ajouter l'achat de la licence UMTS en Suisse – 50 millions – par Sunrise. Les soupçons d'entente illégale entre Deutsche Telekom et Tele Danmark pour faciliter l'obtention d'une licence n'ont rien donné. «Il n'y a pas eu de suite», affirme Roberto Rivola, porte-parole de l'OFCOM.

Nouvelles emplettes possibles

L'opérateur a l'ambition de se coter en Bourse d'ici à la fin de l'an prochain, si les conditions des marchés financiers le permettent. «Nous avons besoin d'argent pour nos futurs investissements et non pas pour des raisons stratégiques», précise Kim Frimer. Il n'empêche que Sunrise cherche à conclure des partenariats ou à faire de nouvelles emplettes.