La consolidation du secteur de l'analyse médicale se poursuit en Suisse. Les autrichiens de FutureLab viennent de s'emparer du zurichois LogoLab et de ses 30 collaborateurs. Il s'agit de la quatorzième acquisition de ce groupe en l'espace de vingt mois sur sol helvétique. Le montant de la transaction n'a pas transparu. «Cette opération nous propulse au deuxième rang des prestataires de services de laboratoire en Suisse. Nous poursuivons une stratégie de croissance claire, puisque nous sommes déjà en discussions avec de nombreux autres laboratoires pour un éventuel rachat», a indiqué lundi Michael Havel, patron de la holding internationale, qui n'a pas donné de détails supplémentaires. Le groupe autrichien se place, derrière Unilabs, racheté cette année par le suédois Capio pour 700 millions de francs. FutureLab déploie ses activités sur l'ensemble du territoire avec quatorze laboratoires, dont plusieurs en Suisse romande (Lausanne, Yverdon-les-Bains, Neuchâtel et Genève).

Le développement de ce groupe s'avère fulgurant. En trois ans, il s'est hissé dans le trio de tête du marché européen, avec un ancrage très fort dans le centre et l'est du continent comme en Allemagne, en Autriche, en Roumanie, en Slovaquie, en République tchèque et Hongrie. Il se déclare d'ailleurs leader en Europe orientale. En 2007, l'entreprise affirme avoir enregistré un chiffre d'affaires consolidé de 140 millions d'euros et dégagé une marge d'exploitation avant amortissements et dépréciations (EBITDA) de 22%, bien supérieure à la moyenne du secteur. Basé à Vienne, le groupe emploie environ 2200 collaborateurs répartis sur 122 sites. A l'heure actuelle, 245000 analyses sont effectuées chaque jour.

Objectif: doubler les ventes

«L'an prochain, nous prévoyons de doubler notre chiffre d'affaires à 280 millions d'euros», déclare Michael Havel. Il prévoit d'y parvenir à grand renfort d'acquisitions. En Suisse, le groupe, qui vient de déménager son siège de Zoug à Lucerne, devance maintenant le Bâlois Viollier, également présent partout en Suisse, avec plus de 500 collaborateurs. Groupe familial, il ne publie pas son chiffre d'affaires, lequel est estimé par les spécialistes entre 60 et 90 millions de francs. Le quatrième acteur serait le zurichois Medica, dont les ventes s'élèvent à environ 55 millions de francs. Il vient d'ailleurs d'être acheté pour 98 millions par l'australien Sonic Healthcare. Le marché suisse pèse quelque 1,5 milliard de francs, selon les estimations. Il se répartit entre les médecins (40%), les hôpitaux (30%) et les laboratoires privés (30%).

La Suisse, qui compte trop de petits laboratoires de l'aveu même du patron d'Unilabs, suit un processus de concentration identique à celui du reste de l'Europe. «Avec près de 30 milliards d'euros de chiffre d'affaires, le marché européen des laboratoires est un secteur attractif», selon UBS Investment Bank. Dès lors, le mouvement de consolidation devrait s'intensifier et aboutir à l'émergence d'un petit nombre d'acteurs internationaux à la tête de grands laboratoires qui seront en mesure de traiter les volumes nécessaires au niveau national et régional, voire transfrontalier.