Les solutions du G20: un plan de relance historique > Un nouvel ordre mondial Article publié le 3 avril 2009 > La nouvelle boîte à outils de l’économie mondiale Article publié le 3 avril 2009 > L’éditorial: la naissance d’un géant politique Article publié le 3 avril 2009 > Analyse. «Echouer était impossible» Article publié le 3 avril 2009 > La Suisse mise sous surveillance fiscale Article publié le 3 avril 2009 En images: une journée au sommet Heure par heure: une réunion historique Le communiqué officiel: le texte intégral des conclusions du sommet (en anglais) Revue de presse: le FMI gagnant, la Suisse perdante

D’abord, ils ne sont pas vingt, mais dix-neuf: l’Afrique du sud, l’Allemagne, l’Arabie Saoudite, l’Argentine, l’Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, la Corée du sud, les Etats-Unis, la France, l’Inde, l’Indonésie, l’Italie, le Japon, le Mexique, le Royaume-Uni, la Russie et la Turquie. À ces pays, s’ajoute le vingtième membre, les «institutionnels». Ils sont en fait trois: la Banque centrale européenne (BCE), le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale (BM). Créé en 1999, le G20 réunit à l’origine les ministres de Finances et les banquiers centraux. Ce groupe informel naît juste après les crises asiatique et russe. Il se présente comme une plate-forme de dialogue entre pays développés et émergents, au service de la stabilité de l’économie mondiale. Ses membres du G20 pèsent au total 85% de la richesse de la planète. Sa présidence, tournante, revient cette année au Royaume-Uni. Depuis novembre dernier, ce club s’est transformé en une réunion de chefs d’Etat et de gouvernement, et a volé la vedette au traditionnel G8, club fermé des sept pays les plus développés (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon, et Royaume-Uni) créé en 1975 auxquels s’est jointe la Russie en 1997. Bien qu’élargi à de grands pays du Sud, le G20 essuie de nombreuses critiques relatives à sa légitimité. > Les pays du Sud sont enfin invités à la table des grands Article publié le 17 novembre 2008 > G20: plan d’action et promesses Article publié le 17 novembre 2008

Le 15 novembre dernier, et en bonne partie avec l’impulsion des Européens, la première réunion du G20 format chefs d’Etat s’est tenue à Washington. Une déclaration et un plan d’action ont été adoptés. Depuis, en coulisse, les sherpas ont travaillé pour faire avancer les dossiers de la stabilisation et de la surveillance financières, du soutien à l’économie et au commerce. Infographie animée: les participants à la réunion londonienne Le 2 avril, Gordon Brown, Barack Obama, Angela Merkel, Hu Jintao ou encore Dmitri Medvedev se retrouveront pour faire avancer la discussion et, peut-être, réaliser les premières étapes de la coopération qu’ils ont appelée de leurs vœux. La Suisse a demandé au Premier ministre britannique de lui réserver un strapontin; sans succès. La tâche s’annonce délicate tant les différences de vue, entre Américains et Européens en particulier, semble grande. Il n’est dès lors pas exclu qu’ils parviennent à s’entendre sur un seul point, la pression sur les centres financiers qu’ils jugent non coopératifs. Les dernières déclarations du sommet européen des 19 et 20 mars laissent cependant penser que la Suisse échappera à la «liste noire».

> La Suisse ne veut plus de G20 Article publié le 28 mars 2009 >Berne négocie son entrée au G20 Article publié le 14 mars 2009 > Ca se passe au G20 sans la Suisse Article publié le 21 février 2009

Les quatre dossiers principaux du sommet de Londres: réglementation de la finance; les déséquilibres de l’économie mondiale; la relance; repenser le FMI: > L’avis de l’expert. Il faut restructurer la place financière mondiale Article publié le 31 mars 2009 > La relance divise le G20 Article publié le 31 mars 2009 > Le FMI est appelé à se réformer pour être crédible Article publié le 28 mars 2009 > Les Etats-Unis veulent durcir toutes les règles du jeu de la finance Article publié le 27 mars 2009 > A. Gopinathan: «Le G20 doit proposer des outils qui assurent la croissance mondiale» Article publié le 27 mars 2009 > L’OMC traque le protectionnisme et somme le G20 d’agir Article publié le 26 mars 2009 > Les quatre enjeux du G20 Article publié le 11 mars 2009 > Les Etats-Unis évoquent un nouveau FMI Article publié le 13 mars 2009 > L’avis de l’expert. La légitimité ruinée du FMI Article publié le 13 mars 2009 ■ La question du secret bancaire: > Secret bancaire, le revirement suisse Article publié le 16 avril 2009 > La Suisse et l’OCDE calment le jeu sur le secret bancaire Article publié le 15 avril 2009 > Le Conseil fédéral demande des explications au G20 Article publié le 9 avril 2009 > Comment la Suisse s’est retrouvée échec et mat Article publié le 8 avril 2009 > Sévère passe d’armes entre la Suisse et l’OCDE au sujet du secret bancaire Article publié le 8 avril 2009 > Les paradis de l’anonymat? Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne! Article publié le 28 mars 2009 > Barack Obama: «Des mesures énergiques contre les paradis fiscaux» Article publié le 27 mars 2009 > Face à l’UE, ce qui attend la Suisse à propos du secret bancaire Article publié le 23 mars 2009 > Comprendre le système des «listes noires» Article publié le 20 mars 2009 > Jean-Claude Junker: «Humilier les pays pratiquant le secret bancaire est inacceptable» Article publié le 18 mars 2009 > Berne devrait échapper à la liste noire du G20 Article publié le 16 mars 2009 > La fin du paradis bancaire Article publié le 14 mars 2009 > Secret bancaire, bataille perdue Article publié le 27 février 2009 > Le G20 prépare une vaste offensive contre le secret bancaire Article publié le 22 février 2009 ■ La légitimité du G20: > L’éditorial: la naissance d’un géant politique Article publié le 3 avril 2009 > Le G20 à la tête de l’économie mondiale? Article publié le 12 mars 2009 > Jacques Sapir: «Les résolutions du G20 resteront lettre morte» Article publié le 11 mars 2009 > Heiner Flassbeck: «Le G20 n’est pas représentatif de tous les pays» Article publié le 3 janvier 2009

Exprimez-vous sur: > les actions à privilégier pour enrayer la crise > l’attitude de la Suisse > la légitimité du G20

Pour aller plus loin...

> Le site du sommet de Londres 

> La déclaration de Washington 

> Le plan d’action