xMalgré les tensions diplomatico-politiques autour d'une intervention militaire en Irak, les préparatifs vont bon train pour le prochain sommet du G8 (Groupe des sept pays les plus industrialisés + la Russie) qui aura lieu à Evian du 1er au 3 juin. Comme les années précédentes, les chefs d'Etat de grandes puissances consacreront quelques heures à leurs homologues des pays pauvres d'Asie, d'Afrique et d'Amérique du Sud. La tradition récente veut que, en réponse aux manifestations anti-G8, les grandes puissances politiques et industrielles fassent preuve d'ouverture et débattent des thèmes touchant le reste de la planète.

Selon un accord négocié entre Berne et Paris, la vingtaine d'invités du Sud seront hébergés dans l'Arc lémanique. La facture des hôtels et autres structures logistiques (sécurité, transport, mise à disposition de salles de conférences) sera prise en charge par la France, pays hôte du G8. A Berne, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) se réjouit d'accomplir cette tâche, même limitée à l'accueil. «Il est important de faciliter le contact entre les pays émergents et le G8», explique Livio Zanolari, porte-parole. Il confirme par là même qu'aucune réunion formelle entre les chefs d'Etat des pays émergents et les autorités suisses n'est à l'ordre du jour. «Des ministres suisses seront dans la région de l'Arc lémanique et certains d'entre eux pourraient avoir quelques rencontres informelles», ajoute-t-il.

Moratoire sur l'aide aux exportations?

Il dément ainsi les rumeurs selon lesquelles le président de la Confédération Pascal Couchepin songerait à un «sommet des pauvres» en Suisse, parallèlement au sommet des riches.

Par rapport à la participation des pays émergents au G8, la France se veut très ambitieuse, même si de nombreux problèmes ont déjà fait l'objet de résolutions lors de précédents sommets: lutte contre le sida, guerre contre la famine et l'insécurité alimentaire, accès à l'eau, mise en œuvre du protocole de Kyoto en vue de lutter contre les changements climatiques, désendettement. «Plus de solidarité, plus de responsabilité, plus de sécurité et plus de démocratie, ces principes guideront la présidence française du sommet du G8», a récemment déclaré Jacques Chirac. Proposition originale, la France demandera un moratoire sur les aides aux exportations agricoles à destination du continent noir, reconnaissant ainsi pour la première fois les conséquences néfastes de ces subventions sur les paysans africains.