C’est une liste des pires horreurs dont sont coupables Google, Amazon, Facebook et Apple. Le premier, qui possède neuf plateformes comptant plus d’un milliard d’utilisateurs chacune, utilise ses données pour traquer les nouveaux services qui intéressent ces clients – pour ensuite les concurrencer efficacement. Le deuxième analyse tous les produits à succès vendus sur sa plateforme, les copie et les vend meilleur marché pour tuer toute concurrence. Facebook a évincé toute concurrence à coups d’acquisitions et d’imitations de services tiers. Et Apple exerce un contrôle total sur les développeurs d’apps, usant de toutes les stratégies pour éviter qu’ils ne concurrencent ses propres services.

Quatre exemples, quatre fois le terme «concurrence». Les 449 pages du rapport rédigé par plusieurs élus démocrates de la Chambre des représentants ne parlent que de cela: les pratiques anticoncurrentielles des géants de la tech, qui affectent l’ensemble des internautes. Publié dans la nuit de mardi à mercredi, ce document accable Google, Amazon, Facebook et Apple de la même manière. «Pour dire les choses simplement, les sociétés, qui étaient autrefois des petites start-up qui défiaient le statu quo, sont devenues des monopoles que nous avons vus pour la dernière fois à l’époque des barons du pétrole et des magnats du chemin de fer», écrivent les auteurs du rapport, qui ajoutent que «même si ces entreprises ont apporté de réels bénéfices à la société, leur domination a un prix».