Plus de 15%. L’action GAM n’avait plus connu une telle envolée depuis longtemps. Et sûrement pas depuis cet été, où elle s’est effondrée suite à l’annonce du gel d’une de ses stratégies phares. Un lanceur d’alerte avait prévenu la société de gestion zurichoise d’irrégularités dans la gestion des risques de la part de son gérant star, Tim Haywood. Ce dernier avait été suspendu, puis licencié en février après une enquête interne révélant une «faute grossière».

Lire aussi: Les zones d’ombre à 7 milliards de l’affaire GAM