Après une semaine de folie sur GameStop, les professionnels de Wall Street ne voient qu’une issue pour les petits investisseurs qui ont porté le titre du vendeur de jeux vidéo à plus de 482 dollars jeudi passé, soit 25 fois plus haut que début janvier. Selon ces observateurs avisés, la hausse de l’action va s’arrêter car les hedge funds qui ont parié à la baisse vont couvrir leurs positions et prendre leurs pertes, ils n’auront donc plus besoin d’acheter le titre par la suite. L’action perdant de son côté explosif, les petits investisseurs seront tentés de prendre leurs profits. La marée qui a poussé le cours à la hausse s’inversera, avec un effet tout aussi puissant.

Fin de l’histoire David contre Goliath? Pas si sûr, car les millions de boursicoteurs qui se sont enflammés pour GameStop ne se sont peut-être pas contentés de suivre des conseils basiques sur des sites comme Reddit et de multiplier les messages décervelés à base d’émojis. D’autres spécialistes, dont Nicolas Roth de la banque Reyl, estiment qu’ils sont au contraire particulièrement sophistiqués.

Lire aussi: GameStop, l’absurdité boursière du moment

«Gamma squeeze»

Dans les grandes lignes, ces boursicoteurs ont repéré que plusieurs grands hedge funds avaient massivement parié sur la baisse de GameStop. Et probablement excessivement, vu la capitalisation boursière et la liquidité limitées de la société. Ces traders ont compris qu’ils pouvaient gagner énormément, alors que leurs «adversaires» – les hedge funds – avaient une perspective de gain limitée (l’action ne peut pas descendre en dessous de zéro), mais un risque illimité (l’action peut monter indéfiniment).

Pour tirer parti de cette asymétrie, les David des marchés ont créé un mouvement en multipliant les messages sur Reddit et en pariant sur la hausse de GameStop via des options à court terme. Ces options d’achat font que les courtiers qui les ont vendues aux petits investisseurs ont dû se protéger en achetant l’action. Plus son cours a augmenté, plus les courtiers ont dû acquérir le titre, alimentant sa progression, dans une situation appelée «gamma squeeze» en jargon financier. Ces options permettent aussi de soutenir une position qui évolue défavorablement en réinvestissant des montants limités. Enfin, la hausse de l’action GameStop a obligé les hedge funds à couvrir leurs positions en achetant à leur tour, poussant encore le cours vers le haut.

Lire aussi: Le soap-opéra GameStop inquiète les autorités

Si ces day traders ont su tirer parti de cette opportunité, méthodiquement et froidement, ils pourront renouveler l’opération dans le futur, avec d’autres actions. S’ils continuent à agir de concert – c’est peut-être la condition la plus difficile à remplir –, ils pourraient représenter une force qui pèserait, au moins épisodiquement, sur le marché.