«Les David en pyjama contre les Goliath en cravate!» Ou encore: «La révolution française de la finance!» La planète finance ne parle que de GameStop depuis deux semaines, cette société américaine de jeux vidéo qui fait l’objet d’un bras de fer entre des fonds spéculatifs et des milliers ou des millions de boursicoteurs, sans fortune ni connaissances particulières. Car, pour la première fois, les seconds semblent l’emporter et jubilent à l’idée de terrasser des puissants. Au point qu’on se demande s’ils représentent une nouvelle force dans la finance mondiale.

Lire aussi:  Le soap-opéra GameStop inquiète les autorités