Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
/AP
© Lynne Sladky

Habillement

Gap ferme 75 magasins supplémentaires 

Le groupe Gap continue sa restructuration. Afin de se concentrer sur le marché nord-américain, il compte fermer 75 magasins, une décision qui se traduit par le retrait du Japon de sa marque pour adolescents Old Navy

La chaîne d'habillement américaine Gap, en grande difficulté, a annoncé jeudi la fermeture de 75 magasins supplémentaires à l'international. Les 53 magasins nippons Old Navy vont tous être fermés, détaille l'enseigne qui va en outre fermer des boutiques de la griffe Banana Republic dans des pays dont elle ne donne pas les noms.

Ces mesures, qui impliquent des suppressions d'emplois non chiffrées, vont se traduire par une charge de restructuration de 300 millions de dollars avant impôts et un déficit de 250 millions dans le chiffre d'affaires annuel.

«Le temps est venu d'accélérer notre transformation»

L'objectif à terme est d'économiser environ 275 millions de dollars et de se concentrer sur le marché nord-américain (Etats-Unis, Mexique et Canada) où le groupe est affecté par le développement des vendeurs en ligne. A Wall Street, le titre bondissait de 4,80% à 18,11 dollars vers 20H45 GMT dans les échanges électroniques de post-séance.

C'est le deuxième grand tour de vis effectué par Gap en un an: dans les premiers mois de 2015, l'enseigne avait annoncé la fermeture de 175 boutiques aux Etats-Unis et la réduction de sa présence à l'étranger aux marchés les plus porteurs.

«Vu l'accélération des changements touchant l'industrie de l'habillement, le temps est venu d'accélérer notre transformation en réduisant nos produits et nos capacités opérationnelles à travers l'ensemble de notre portefeuille global», explique le directeur général Art Peck, cité dans le communiqué.

La concurrence féroce du marché du prêt-à-porter

Ces dernières semaines, les entreprises du secteur du prêt-à-porter ont annoncé des résultats tous plus mauvais les uns que les autres, qui ont fait lourdement chuter leurs titres en Bourse. Elles pâtissent de la concurrence des vendeurs en ligne dont les politiques commerciales sont plébiscitées par les consommateurs.

Gap, fondé il y a 47 ans, doit aussi affronter les fers de lance de la «fast retail» que sont H&M, Zara et Uniqlo qui renouvellent fréquemment leurs collections afin de coller aux goûts d'un public adolescent porté sur les achats sur l'internet.

Au premier trimestre, le chiffre d'affaires, déjà connu, a reculé de 6% à 3,44 milliards de dollars pour un bénéfice net de 127 millions de dollars, en chute de 47% sur un an. Suite à ces annonces, l'agence de notation financière Standard and Poor's a abaissé la note de Gap de «BB+» à «BBB-» indiquant qu'elle ne s'attendait pas «à ce que les résultats du groupe s'améliorent significativement à court terme».

Elle a toutefois assorti la note d'une perspective stable estimant que «même si les performances opérationnelles vont rester faibles sur les douze prochains mois au moins, la compagnie va pouvoir utiliser ses liquidités encore solides pour maintenir sa situation financière à ses niveaux actuels». 

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)