Restauration

La gare des Eaux-Vives accueillera une brasserie méditerranéenne

Les deux surfaces situées au rez de la future station genevoise ont été attribuées à Yves Grange. Le régisseur genevois, à qui l’on doit un restaurant du centre-ville, compte décliner une offre inspirée de la cuisine du Sud dans deux gammes de prix

Son ton est au moins aussi radieux que cette journée de samedi. Et pour cause, Yves Grange, de la régie genevoise du même nom, vient d’emporter l’appel d’offres pour les espaces de restauration de la future gare des Eaux-Vives à Genève, a appris Le Temps. «C’est officiel depuis hier», s’est-il réjoui au téléphone, précisant qu’il s’agit d’un «projet personnel, indépendant de l’entreprise familiale», tout comme l’a été la création du restaurant Les Trois Verres à Plainpalais en 2011.

Le lot comprend deux espaces, d’une surface totale de 520 m2, dans cette station très convoitée de la future ligne Cornavin-Annemasse. Celle-ci accueillera également la nouvelle Comédie et verra défiler quotidiennement 50 000 pendulaires. Aux CFF, personne n’était disponible ce week-end pour commenter cette attribution.

Lire également: Migros sera l’enseigne phare de la gare des Eaux-Vives

Saveurs italiennes

Du premier espace de 300 m2 avec mezzanine donnant sur la salle naîtra une «brasserie méditerranéenne, avec une offre gastronomique proposant des mets de qualité», indique Yves Grange. Sous réserve d’autorisation juridique, il pourrait reprendre le nom historique du Buffet de la gare des Eaux-Vives.

Une gamme de prix moins élevée est prévue pour l’espace attenant. Ce sera une pizzeria, dont le nom n’a pas été arrêté, «promettant apéros prolongés, avec des antipasti et une sélection de bons vins selon un concept original», poursuit Yves Grange.

Quid du budget? «Un investissement conséquent est prévu», dit-il sans préciser. Une trentaine d’employés travailleront dans les deux restaurants, qui totalisent 165 couverts, auxquels s’ajoute une capacité d’environ 200 couverts répartis sur deux terrasses distinctes. Celles-ci seront «un élément central», souligne Yves Grange, qui planche sur un système permettant «de prolonger la saison». Les discussions en ce sens avec la ville de Genève sont lancées. Quant à la date d’ouverture, «il est prématuré d’en parler», conclut-il.

Tous nos articles sur la nouvelle Comédie: Le Temps de la Comédie

Publicité