Faire les yeux doux à Alger. Le président français Emmanuel Macron, le président du Conseil européen Charles Michel, le premier ministre italien Mario Draghi et bien d’autres dignitaires européens se sont succédé dans la capitale algérienne ces dernières semaines. Objectif: assurer un approvisionnement accru d’hydrocarbures, plus particulièrement de gaz. Face à l’hiver 2022-2023 qui approche à grands pas, l’Union européenne (UE) veut éviter à tout prix une pénurie, son principal fournisseur le russe Gazprom lui ayant fermé le robinet.