L’hiver est encore loin, mais l’Union européenne (UE) s’inquiète déjà pour son approvisionnement énergétique, notamment de gaz de chauffage et industriel. Après avoir coupé les livraisons à la Pologne, la Bulgarie et la Finlande, la Russie, dont les troupes ont envahi l’Ukraine, a réduit dès jeudi le flux de 60% en direction de l’Allemagne, de l’Autriche et de l’Italie et à zéro mètre cube à la France. Le continent voulait profiter de l’été pour constituer des réserves et se prémunir de pénuries dans quelques mois.