Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Energie

Gazprom coupe le gaz à RosUkrEnergo

Le groupe russe Gazprom refuse de poursuivre sa coopération avec la coentreprise qui approvisionne l’Ukraine. Basée à Zoug, la société RosUkrEnergo (RUE), dont l’avenir est remis en question, verse 228 millions de francs d’impôts à la Suisse.

Alexander Medwedew, président-adjoint du géant russe Gazprom, a déclaré aujourd’hui au quotidien alémanique NZZ son refus de poursuivre la coopération avec RosUkrEnergo (RUE). Cette dernière est une coentreprise qui approvisionne l’Ukraine et vend son gaz à l’Europe. Elle a versé 2,5 milliards de francs de bénéfices à ses actionnaires et 228 millions d’impôts à la Suisse (LT du 12.1.09). RUE, dont le nom a été médiatisé cet hiver avec la dispute sur les livraisons de gaz à l’Europe, ne pourra plus transporter de gaz pour l’Asie centrale par les pipelines russes. Ce privilège lui avait été accordé selon un accord datant de 2006.

La question de l’avenir de RUE se pose immédiatement. Gazprom aura son mot à dire puisqu’il en détient 50% du capital. Mais, selon le journal zurichois, le directeur de Gazprom prouve, y compris par sa gestuelle, qu’il ne se sent pas lié par RUE. Ses relations avec les actionnaires ukrainiens semblent l’irriter au plus haut point. RUE devait assurer les investissements d’entretien des pipelines, qui transportent 80% des livraisons de Gazprom. Ses deux administrateurs ukrainiens devaient représenter la société autrichienne Raiffeisen International. Mais le bénéficiaire ultime de la participation ukrainienne de 50% au capital de RUE n’est pas clair, d’après la NZZ. Les services de communication de RUE se disent surpris de la position de Gazprom. La méfiance de l’actionnaire russe lui serait toutefois connue. Le nouveau modèle d’affaires de RUE serait en discussion, ajoute-t-il.

Alexander Medwedew s’était rendu à Zurich pour la finale de la ligue de champions de hockey, mais a laissé de côté le Forum économique de Davos.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)