Evergrande a appelé, mardi, les investisseurs à la prudence dans l’attente des résultats d’un audit pour son exercice 2021. Le géant chinois de l’immobilier a annoncé ne pas être en mesure de publier d’ici à la fin mars les résultats de l’audit comme l’exige la règlementation de la bourse de Hongkong, «en raison des changements drastiques dans l’environnement opérationnel de la société, couplés à l’effet causé par l’épidémie de Covid-19».


En grande difficulté, le géant chinois de l’immobilier Evergrande a une nouvelle fois suspendu, lundi matin, sa cotation sur les marchés de Hongkong, selon un communiqué de la place boursière.

Les titres d’Evergrande Property Services Group et de China Evergrande New Energy Vehicle Group sont «suspendus» sans donner d’explication. «En conséquence, les échanges de tous les produits structurés relatifs à la société seront également suspendus au même moment», indique un avis publié sur la Bourse de Hongkong.

A ce propos: Evergrande suspend une nouvelle fois sa cotation à la bourse de Hongkong

Les promoteurs immobiliers chinois ont connu des difficultés à la suite des mesures prises par Pékin pour limiter l’endettement excessif du secteur, ainsi que la spéculation effrénée des consommateurs. Evergrande, l’un des plus importants promoteurs, a dû engager des négociations de restructuration après avoir cumulé plus de 300 milliards de dollars (271,6 milliards d’euros) de dettes.

Le promoteur immobilier en défaut de paiement

La suspension de cotation, la seconde cette année, intervient avant une obligation de remboursement de 2 milliards de dollars (1,81 milliard d’euros) prévue mercredi, et une autre de 1,4 milliard de dollars (1,27 milliard d’euros) le mois prochain.

A lire: Evergrande, l’immobilier sous stéroïdes

En décembre, les agences internationales de notation avaient classé le promoteur immobilier en difficulté en défaut de paiement, car il n’avait pas remboursé ses dettes à temps.

Des répercussions sur l’ensemble du secteur immobilier

Ces derniers mois, l’entreprise a répété plusieurs fois qu’elle achèverait les projets entamés, dans une tentative désespérée de sauver ses dettes. Mais les autorités lui ont ordonné en janvier de démolir 39 bâtiments construits illégalement dans la zone touristique de l’île de Hainan.

Le groupe a tenté de vendre des actifs et le président Hui Ka Yan a remboursé une partie des dettes en utilisant sa fortune personnelle.

Lire également: Evergrande tutoie le défaut de paiement, Pékin s’invite aux commandes

Les difficultés d’Evergrande ont eu des répercussions sur l’ensemble du secteur immobilier chinois, certaines petites entreprises ne remboursant pas leurs prêts et d’autres ayant du mal à trouver suffisamment de liquidités. Le Fonds monétaire international a averti, fin janvier, que la crise du financement de l’immobilier pourrait avoir des répercussions sur l’économie en général et sur les marchés mondiaux.