L’image est parfaite. Les cheveux parfaitement coiffés, vestons impeccables, Tim Cook, directeur d’Apple, et Gavin Newsom, gouverneur de Californie, assis sur des chaises blanches, examinent un plan de San José. On y devine les parcelles sur lesquelles Apple construira des logements abordables. Cette semaine, la multinationale a mené une opération de communication sur l’un des thèmes les plus brûlants dans cet Etat. Apple a promis des investissements de 2,5 milliards de dollars (2,49 milliards de francs), sur deux ans, pour tenter de résoudre la crise du logement en Californie. Un geste avant tout symbolique, rétorquent les critiques.

Pour Apple, basé à Cupertino, au cœur de la Silicon Valley, le problème du logement est devenu aigu. La société note que «les coûts montent en flèche pour les locataires et les acheteurs potentiels» et que «la disponibilité de logements abordables ne suit pas la croissance de la région». Du coup, «enseignants, pompiers ou employés de sociétés de service ne peuvent plus continuer à habiter chez eux», constate Apple, qui a calculé que «près de 30 000 personnes ont quitté San Francisco entre avril et juin de cette année et que l’accession à la propriété dans la région de la baie est à son plus bas niveau en sept ans.»