Si des élus américains veulent démanteler les géants du numérique, l’ONU veut influencer leurs pratiques, en particulier en matière financière dans les pays émergents. Avec la Coopération suisse et le Kenya, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) lance ce vendredi un dialogue avec les grandes plateformes numériques américaines, mais aussi asiatiques et africaines. Pour minimiser leurs effets pervers tout en conservant l’inclusion financière ou l’accès au crédit qu’elles offrent à des millions de personnes. Soft power à l’œuvre.

Lire aussi l'opinion: Soft power numérique et force de frappe technologique