A peine ouverte hier la onzième édition du Salon international de la haute horlogerie (SIHH), ce sont les douzième et treizième éditions qui tiennent déjà la vedette. En coulisses et dans les discours. Non pas que les créations horlogères à venir soient attendues avec une particulière attention, mais plutôt parce que l'incessante guerre de pouvoir que se livrent les deux manifestations horlogères phares (Basel et SIHH) s'auto-alimente sans cesse. Nouveau patron du SIHH genevois, Rodolphe Huser a confirmé hier un changement de date important: «Pour 2002, le Salon mondial de l'horlogerie et de la bijouterie de Bâle a avancé de deux semaines ses dates traditionnelles, privant ainsi nos deux manifestations de l'avantage réciproque de la concomitance». Le prochain SIHH se tiendra ainsi du 18 au 25 janvier 2002, tandis que la manifestation bâloise dévoilera ses fastes du 14 au 21 mars. Un intervalle de deux mois qui obligera les acheteurs internationaux à faire deux fois le déplacement de la Suisse.

Pressions discrètes

Confirmées officiellement hier, les venues au SIHH l'an prochain des trois nouvelles marques du groupe Richemont, à savoir Jaeger-LeCoultre, IWC et Lange & Söhne, sont autant de pertes importantes en terme d'image pour le secteur haut de gamme du Salon de Bâle, même si les puissants Rolex et Swatch, la prestigieuse Patek Philippe ou la brillante Chopard sont fidèles au salon rhénan. Or les rumeurs s'amplifient et Nicolas Hayek, patron du Swatch Group, y participe pour une bonne part, laissant entendre à plusieurs reprises la semaine dernière à des journalistes étrangers que le bout du lac Léman était un endroit idéal pour y exposer de l'horlogerie haut de gamme. On sait par ailleurs que le groupe biennois a l'intention d'établir un musée dans la Cité de Calvin. Qu'y fera-t-il au juste? Des expositions et/ou un salon Swatch Group? Pressions discrètes sur les autorités politiques ou lien de cause à effet?

Pour 2003, Rodolphe Huser est resté évasif: «Les conséquences de ce changement de calendrier seront analysées, afin de pouvoir définir la meilleure stratégie de présence pour les années futures, mais, bien entendu, nous espérons vivement retrouver entre Bâle et Genève cet esprit de complémentarité dont ont bénéficié nos invités communs depuis tant d'années.»

Cela étant, la construction d'une nouvelle halle à Palexpo (prête pour 2003) ouvre de nouvelles perspectives au SIHH, qui verrait sans doute d'un bon œil l'arrivée de nouvelles marques dans son antre. Et l'on sait que plusieurs sociétés présentes aujourd'hui à Bâle ont d'ores et déjà déposé leurs dossiers au SIHH.