Réseau

Genève adopte le site de réseautage Meetup

Meetup, la plateforme numérique de regroupement par centres d'intérêt, s’étend dans la ville du bout du lac. Quelque 33 000 Genevois ont déjà participé à ces réunions pour des cours, des loisirs ou pour pratiquer des langues étrangères

Que faire de son jeudi soir? Boire un verre avec ses collègues, se détendre devant sa télévision, aller suer à la salle de sport? Ou bien tester un cours sur les cryptomonnaies?

Le rendez-vous a lieu chez Impact Hub, derrière la gare Cornavin de Genève. Ce regroupement se fait via Meetup, un site américain de rencontres entre individus aux intérêts similaires. Une fois immergé dans la pièce où se tiendra la présentation, une ambiance décontractée y règne. Décoration urbaine-chic, plateaux de fromages, infusion de fruits et cols déboutonnés complètent le décor. Malgré la chaleur écrasante de la fin de journée, une trentaine de personnes ont fait le déplacement. Parmi elles, des connaisseurs mais aussi des novices en bitcoin, ether et autres monnaies numériques.

En attendant le début des choses sérieuses, les gens font connaissance. L’anglais et le français s’entremêlent dans un brouhaha assourdissant. Soudain, le calme s’installe avec l’arrivée des intervenants. Trois approches de la cryptomonnaie sont présentées: le point de vue de l’investisseur, celui de l’entrepreneur et enfin celui de l’auditeur. Bilan: pour peu qu’on s’intéresse au sujet et qu’on soit anglophone, le rendez-vous permet de passer une agréable soirée éducative.

A propos de monnaies virtuelles: Antoine Verdon, un ambassadeur de la blockchain

Meetup, l’arme secrète des conférenciers

Nicolas Schobinger est l’organisateur de l’événement et le responsable du groupe Crypto Valley à Genève. La plateforme Meetup est un allié de taille pour cette association qui souhaite créer un écosystème blockchain en Suisse. Dans ce but, Crypto Valley organise des rencontres afin de s’informer et d'aborder des personnes du domaine de la blockchain.

L’avantage grâce à Meetup, c’est que l’organisateur de la conférence peut désormais se dispenser d’une communication lourde et coûteuse. Il suffit de créer un groupe, de payer une somme variable selon le pays, et les intéressés s’inscrivent pour se tenir informés des événements prévus. «A l’image d’un réseau social, Meetup permet de créer une communauté ayant des centres d’intérêt communs, sans forcément être du métier. Cela nous permet d’informer, échanger et de donner rendez-vous à un groupe intéressé sans qu’il y ait de barrières de prix, ou autres contraintes.»

Facile d’accès et ouverte à tous, la plateforme Meetup n’agit pas comme un club fermé. «Le plus intéressant, c’est qu’on attire de nouveaux profils. Professionnels, passionnés, start-up désireuses de se comparer ou simples curieux, le monde de la blockchain est désormais accessible à tous.»

Une expansion en terres genevoises

Cette accessibilité, Fatime Ahmeti, étudiante en master de l’innovation à Genève, la confirme. «C’est pour m’informer dans le cadre de mes études que j’ai commencé à fréquenter des groupes Meetup. C’est le meilleur endroit pour partager son savoir et élargir son réseau, et dans un petit pays comme la Suisse, c’est très important.» Devenue co-organisatrice de son propre collectif, Geek Girls Carrots Geneva, afin de réunir les femmes du domaine de la technologie et de l’information, Fatime adhère totalement à cet esprit communautaire.

Lire aussi: Une semaine dans la Silicon Valley: de l’espionnage industriel chez Uber à la refonte de Snapchat

Tout comme elle, 33 000 Genevois ont été séduits par le concept Meetup. Déjà 430 groupes sont comptabilisés à Genève sur les 3000 existant dans le pays. Au niveau mondial, le site créé en 2002 compte 320 000 groupes et près de 40 millions de membres. Et ces chiffres sont en constante progression. Dernier groupe genevois en date, fondé lundi 23 juillet, Agile in Geneva consiste à créer une communauté de l’agilité numérique et compte déjà une vingtaine de membres.

De son côté, Geneva Largest Entrepreneurs and Professionals Networking décompte près de 3000 adhérents. C’est le groupe genevois avec le plus de membres au bout du lac. Mais ce n’est pas le plus actif contrairement à Mundo Lingo Genève. Les réunions hebdomadaires d’échanges linguistiques font le bonheur de 1400 participants, mais également des commerçants. Fruit d’un partenariat entre le gérant de l’Ethno Bar et l’organisateur du groupe, des milliers de personnes se réunissent chaque semaine pour exercer leur lexique étranger.

Finalement, les membres de Meetup peuvent se rencontrer dans des lieux aussi divers que des restaurants, des salles de sport ou des cafés. Ce qui révèle un autre avantage de cette plateforme, celui de générer des revenus.

Publicité